Le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, assure que les premières personnes sur Mars arriveront avec ses vaisseaux spatiaux. En disant cela, le constructeur aéronautique se place en rival de SpaceX qui veut aussi se rendre sur Mars.

La planète Mars est devenue une destination très prisée ces dernières semaines, grâce à la grande conférence organisée par SpaceX au Mexique fin septembre et à une autre plus récente tenue à Chicago par l’entreprise Boeing.

En effet, le constructeur aéronautique américain  a indirectement défié Elon Musk sur ses projets de colonisation de Mars en marquant son intérêt pour le développement d’un système de voyage spatial qui viserait à faire de la fameuse planète rouge une destination touristique relativement accessible au grand public (on parle d’environ 100 000 dollars par personne).

1461832010158307
Une des vues d’artiste montrée lors de la conférence de SpaceX

Boeing n’est pas un adversaire à sous-estimer. Son expérience est décennale et le groupe a été impliqué dans les programmes spatiaux les plus ambitieux. Boeing avait par exemple aidé les États-Unis à gagner la célèbre course vers la Lune contre l’Union Soviétique dans les années 60.

De plus, l’entreprise de Chicago est en train de travailler avec la Nasa pour développer un vaisseau qui puisse être utilisé pour des explorations spatiales : le projet s’appelle Space Launch System. Boeing est aussi en train d’expérimenter avec Lockheed Martin des avions à très haute vitesse (celui de Boeing, le X-51A WaveRider, a voyagé à 5 300 km/h en 2013).

Cependant, ce qui rend cette compétition encore plus serrée réside dans la décision de la Nasa de passer par ces deux entreprises privées pour transporter ses astronautes vers la station spatiale internationale.

Muilenburg comme Musk considèrent le voyage spatial comme l’une des plus grandes opportunités du nouveau siècle, en notant que le futur tourisme spatial « s’ouvrira dans les prochaines dizaines d’années, en devenant un marché commercial viable ».

Le X-51A Waverider (U.S. Air Force graphic)

Les deux entrepreneurs admettent que l’économie doit changer pour permettre de construire des vaisseaux haut de gamme qui puissent réaliser leur projet de colonisation et de tourisme. Cela étant, leurs visions de Mars s’écartent beaucoup : si Musk est porté par un certain idéalisme, lié à la science et à la survie humaine, Muilenburg par contre se concentre plus sur des aspects plus terre à terre, comme les bénéfices économiques que l’on pourrait retirer de cette aventure spatiale.

Ces deux visions ne sont pas forcément à opposer. Sans doute sont-elles à associer, car la perspective de faire de l’argent est de fait un très bon moteur pour motiver les hommes à entreprendre quelque-chose. Mais trouver un bon équilibre entre ces deux aspects ne sera pas facile du tout, surtout quand la compétition deviendra de plus en plus acharnée.

Save

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés