Une étude menée par l'Université de San Diego s'est attardée sur la représentation féminine dans plusieurs programmes télévisés. Sans étonnement, on y apprend que les séries dirigées ou créées par des femmes accordent davantage de place aux femmes, devant et derrière la caméra.

« Dans les programmes ayant au moins une femme pour créatrice, les femmes représentent  51 % des personnages principaux, atteignant la parité par rapport au pourcentage de femmes dans la population américaine. Dans les programmes dont les créateurs sont exclusivement masculins, les femmes représentent 38 % des personnages principaux. »

Breaking news : les séries dirigées par des femmes accordent davantage de place aux femmes. Voici la conclusion d’une étude menée par un Centre d’études sur la place des femmes à la télévision et au cinéma (Center for the Study of Women in Television and Film), rattaché à l’Université d’État de San Diego en Californie. Au sein d’un rapport annuel baptisé Boxed In, le centre de recherche s’intéresse à la représentation des femmes dans les programmes télévisés diffusés entre 2016 et 2017.

Devant et derrière la caméra

Si la conclusion principale de cette étude peut sembler relever de l’évidence, les détails des observations menées par les universitaires méritent le détour. En effet, le centre de recherche ne se contente pas d’observer quelle est la représentation des femmes à l’écran, mais également la place qu’elles occupent en coulisses, derrière la caméra.

Pour obtenir ces résultats, le centre de recherche a procédé de la manière suivante. Douze épisodes ont été sélectionnés de manière aléatoire parmi les cinq réseaux de diffusion principaux américains, douze chaînes câblées, ainsi que les chaînes HBO et Showtime. L’étude tient également compte des services de vidéo à la demande que sont Amazon, Hulu et Netflix.

Sur le panel étudié, 68 % des programmes avaient un casting composé en majorité par des personnages masculins, contre 21 % avec des personnages en majorité féminins. 11 % des épisodes observés atteignent la parité en mettant en scène le même nombre d’hommes et de femmes.

Tous canaux de diffusion confondus, les femmes représentent 42 % des personnages qui parlent au cours d’un épisode. Le pourcentage est également de 42 % en ce qui concerne la présence de femmes parmi les personnages principaux des intrigues. En comparant ces résultats avec ceux obtenus dans une précédente étude menée sur la saison 2015-2016, le centre fait observer que ces deux chiffres ont augmenté de 2 %.

Les femmes représentent 42 % des personnages qui parlent à l’écran

Autre fait notable : les programmes étudiés tendent à se diversifier et à intégrer davantage de personnages féminins racisés. Ainsi, parmi les personnages noirs qui ont un rôle parlant à l’écran, on compte désormais 19 % de femmes — contre 16 % dans les programmes observés en 2015-2016. Les femmes d’origine asiatique sont également mieux représentées avec un taux de 6 %, contre 4 % auparavant. Néanmoins, les femmes originaires d’Amérique latine restent elles sous-représentées, avec 5 % de rôles féminins parlants.

Les stéréotypes persistent

De manière plus générale, les stéréotypes de genre restent ancrés dans les différentes séries étudiées, et ce quel que soit le support de diffusion. « Les personnages féminins sont plus jeunes que leurs homologues masculins, ont plus tendance que les hommes à être définis par leur statut matrimonial, et sont moins susceptibles d’être mis en scène au travail ou en train de travailler », constatent les universitaires.

Autour des plateaux de tournage, la représentation féminine est également loin d’atteindre des sommets. L’étude constate ainsi que, parmi les épisodes choisis, on trouve 28 % de créatrices, réalisatrices, auteures, productrices et réalisatrices — une augmentation de 2 % par rapport à 2015-2016. En coulisses, les postes occupés par des femmes sont minoritaires : 50 % des programmes emploient quatre femmes (ou moins) derrière la caméra. À titre de comparaison, les programmes employant au maximum quatre hommes derrière la caméra ne sont que de 6 %.

En coulisses, les femmes restent minoritaires

Or, la présence des femmes en dehors du champ de la caméra semble être, selon cette étude, une condition favorable pour que les femmes soient également mieux représentées à l’image. En effet, « les programmes ayant au moins une femme en tant que productrice exécutive ont davantage de personnages féminins et des taux plus élevés de réalisatrices et auteures. »

À en croire cette étude, la représentation féminine est donc loin d’atteindre la parité dans les programmes du petit écran. Néanmoins, la tendance semble lentement s’inverser — en mai dernier, Hulu faisait par exemple un carton plein avec sa série féministe The Handmaid’s Tale, qui met en scène de nombreux personnages féminins. Dans le même esprit, Maggie Gyllenhaal a récemment souhaité produire The Deuce (série lancée par les créateurs de The Wire), afin que son personnage soit représenté de manière plus réaliste à l’écran.

Partager sur les réseaux sociaux