Le nouvel album du rappeur canadien n'est disponible que sur Apple Music et iTunes : une stratégie à-la-Tidal qui fonctionne malheureusement très bien.

Malgré une période chargée en sorties d’albums très attendus — Radiohead, Beyoncé, James Blake — Views l’album de Drake s’impose sur Apple Music. La sortie du nouvel album du rappeur canadien était particulièrement attendu par les nombreux fans d’un artiste que tout le monde s’arrache, et qu’Apple a payé le prix fort.

Le contrat d’exclusivité qui lie Cupertino et Drake a imposé une disponibilité limitée à Apple Music et iTunes pourViews. Une technique de marketing bien connue de Tidal, qui s’est offert l’exclusivité de Kanye West pendant six semaines, et celle de Beyoncé dont le nouvel album n’est toujours pas disponible ailleurs. Et qu’Apple a testé pour la première fois avec une star.

One million sold in one week. I am beyond grateful for this milestone. Thank you for listening. #VIEWS

A photo posted by champagnepapi (@champagnepapi) on

Drake aura réussi à écouler en moins d’une semaine plus d’un million de versions numériques de son album sur iTunes et aura réussi à détrôner Purpose de Justin Bieber qui jusque-là se classait en numéro un sur la plateforme d’Apple.

Capture d’écran 2016-05-12 à 14.04.39
En France aussi, Drake remporte un certain succès

Une réussite pour Drake qui prouve qu’il est aujourd’hui le leader du hip-hop mondial, et pour Apple qui aura réussi sa première exclusivité — après l’épisode Taylor Swift. Le futur de l’industrie musicale se situe-t-il dans ce genre de démarche marketing ? Pour Apple et Tidal, ce n’est pas un doute : leur principal avantage sur Spotify se situe là. Le leader suédois du streaming indique lui qu’il ne compte pas se prêter au même jeu d’écuries et d’exclusivités que Cupertino. Une démarche  appréciable, tant les exclusivités sont absurdes pour les internautes, mais que l’actuel leader devra s’entêter à tenir à l’avenir face à une concurrence féroce.

Au vu des résultats de ces exclusivités, dès lors qu’il s’agit de « superstars », la tendance risque de se confirmer à l’avenir. Par ailleurs, on sait déjà qu’Apple compte faire de son écurie d’artistes partenaires son principal argument marketing. Une dynamique qui place Apple face à Tidal et sa flopée de stars.

En attendant, l’album de Drake est franchement moins bien que ce que l’on espérait. Mais cela ne change rien au business. Malheureusement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés