Pour aider financièrement les jeunes diplômés à trouver un travail à la sortie des études, le gouvernement a mis en place une bourse d'aide à la recherche de premier emploi. Pour en profiter, il faut respecter plusieurs critères.

La recherche d’un tout premier boulot n’est pas une période très facile à vivre financièrement. Pour arrondir les fins de mois des galériens qui tentent d’entrer dans la vie active, le gouvernement a mis en place l’aide à la recherche du premier emploi (ARPE), conformément à l’article 50 de la loi Travail. Il s’agit d’une bourse mensuelle qui permet de soutenir les jeunes diplômés dans leur quête de travail. Ces derniers, pour en profiter, peuvent déposer leur demande sur Internet.

Pour en bénéficier, il faut avoir moins de 28 ans, avoir été boursier pendant sa dernière année d’étude et avoir obtenu son diplôme d’enseignement scolaire ou supérieur depuis moins de quatre mois à la date de la demande.

En outre, la liste des diplômes concernés est assez longue et couvre la majorité d’entre eux :

  • CAP ou CAP agricole,
  • baccalauréat professionnel ou baccalauréat technologique,
  • brevet des métiers d’art,
  • brevet professionnel ou brevet professionnel agricole (voie de l’apprentissage),
  • brevet de technicien,
  • diplôme de l’enseignement supérieur à finalité professionnelle (DUT, BTS, DEUST, DMA, licence, master, diplômes d’ingénieur, etc.), y compris par la voie de l’apprentissage.

coins-currency-investment-insurance

Combien ?

D’après le gouvernement, les jeunes diplômés de l’enseignement secondaire, l’ARPE s’élève à 200 euros par mois, pendant 4 mois. Quant aux lauréats de l’enseignement supérieur, l’aide est calculée en fonction des mêmes critères sociaux que la bourse perçue pendant la dernière année d’études et varie ainsi de 100 à 550 euros par mois — ou de 300€ par mois pour les jeunes formés par la voie de l’apprentissage — pendant 4 mois.

Au total, 130 millions d’euros ont été débloqués pour aider environ 126 000 étudiants.

Comment s’inscrire ?

Deux portails distincts ont été mis en place :

Bien que l’on puisse se réjouir de voir ce genre de démarches facilitées par l’utilisation d’une plateforme en ligne, celle-ci ne concerne que l’inscription. Le formulaire obtenu à l’issue de celle-ci doit ensuite être signé puis transmis par courrier à l’Agence de services et de paiement accompagné des pièces justificatives demandées.

L’administration française ne se débarrassera pas si facilement de ses vieilles habitudes mais on apprécie tout de même l’effort.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés