iTunes, premier vendeur de musique ? Les majors s’interrogent. Dans une annonce récente, la plateforme se vantait avoir dépassé Wal-Mart en terme de ventes. Ce faisant, elle devenait le premier vendeur de musique américain, marché numérique et physique compris. Pour ça, elle s’appuyait sur les chiffres de NPD Group.

Les majors ne voient pas d’un très bon oeil cette nouvelle donne. Elles espèrent depuis un moment qu’Amazon soit en mesure de faire de l’ombre à Apple, car Apple ne laisse aucune place à ses caprices. Ce bougre de Steve Jobs n’en fait qu’à sa tête, et les cadres de l’industrie du disque restent dubitatifs, quand celui-ci claironne avoir la plateforme la plus vendeuse de toutes.

Dès lors, il ne leur est pas très difficile de remettre en cause les chiffres sur lesquels s’appuie la firme à la pomme pour revendiquer sa place, ceux fournis par NPD. Comme nous le soulignions auparavant, ceux-ci ne reposent pas sur les données fournies par les vendeurs mais sur l’administration de questionnaires aux consommateurs. De plus, ils considèrent de manière très arbitraire un CD comme l’équivalent de 12 téléchargements.

Ces manques de précision méthodologique viennent alimenter l’argumentaire de ceux qui voudraient bien voir la position d’iTunes se faire plus modeste sur le marché de la musique. « Ils aiment juste les faux titres accrocheurs » peste l’un d’entre eux. Un autre se demande comment NPD a obtenu ses informations, puisque la major pour laquelle il travaille « vend plus sur Wal-Mart que sur la boutique en ligne de Steve Jobs ».

Si on voulait se faire avocat du diable, on pourrait dire qu’il est compréhensible pour une major de faire plus de chiffre chez un disquaire physique que sur une plateforme de téléchargement. Dans les deux cas, une très bonne exposition lui est assurée. Mais il est possible que cela soit contre-balancé par les indépendants, qui ont beaucoup plus de mal à garder leurs disques dans les rayons de Wal-Mart que sur la plateforme d’Apple.

Bref, en l’absence de preuve irréfutable, le débat est sans fin. Reste que premier ou pas, iTunes ne devrait cesser d’augmenter son chiffre d’affaire, et Wal-Mart de voir baisser le sien pour ses disques physiques, à l’image du rétrécissement progressif de ses rayons. En 2007, la musique numérique a représenté 10 % des ventes totales de musique dans le monde, contre 6 % en 2006. Selon les prévisions d’In-Stat, ce chiffre passera en 2012 à 40 %.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés