L’association SOS Internautes annonce dans un communiqué que l’ancien PDG de Free Michaël Boukobza a été débouté le 29 janvier 2008 d’une plainte en diffamation qu’il avait déposée auprès du tribunal de grande instance de Paris à l’encontre d’un internaute et de l’ADUF, un site dédié aux freenautes. Fidèle à la tactique de la terreur judiciaire employée par Free pour museler ses clients mécontents, M. Boukobza avait saisi la justice en diffamation après avoir découvert sur le forum de l’ADUF qu’un internaute mécontent avait emprunté le pseudonyme « Michel Bokoudsous » en l’accompagnant comme avatar d’une caricature de sa personne.

L’internaute qui avait agi sans être modéré par l’ADUF avait procédé ainsi après avoir été victime pendant plusieurs mois d’instabilités chroniques de son accès à internet (déconnexions, lenteur du débit, dysfonctionnements du téléphone…), sans réaction du service clients, et après avoir envoyé au siège sans succès deux mises en demeure. Finalement, et après avoir posté des messages avec cette caricature comme avatar, l’internaute a résilié son contrat et suspendu les prélèvements bancaires.

Mais les faits de l’espèce ne semblent pas avoir été pris en compte par le tribunal. Selon l’avocat de l’internaute Me Panos Lipsos, le tribunal a simplement constaté lors de deux audiences en juin et septembre 2007, et lors du procès le 11 décembre 2007, que la diffamation n’était pas caractérisée et que la caricature était « très bon enfant ». Le tribunal a débouté l’ancien PDG de l’ensemble de ses demandes et relaxé le prévenu, qui recevra en plus des dommages et intérêts au nom du préjudice psychologique et financier causé par la plainte abusive.

Espérons que cette nouvelle décision à l’encontre de Free mettra fin à son caractère procédurier, d’ailleurs probablement contre-productif dans la volonté du FAI de sauvegarder son image de marque.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés