L'interprète de 1989 a obtenu d'Apple qu'il paie les artistes y compris pendant les trois mois d'essai gratuit de son service de musique illimitée en streaming, Apple Music.

La semaine dernière, la pop-star Taylor Swift a annoncé qu'elle boudait Apple Music, pour sa politique de (non) rémunération des artistes, qui affectait en particulier les petits labels. La firme de Cupertino, qui offre trois mois de musique illimitée à ceux qui testent son service de streaming, aurait en effet imposé aux artistes et à leurs maisons de disques de renoncer à toute rémunération pendant ces périodes d'essais, afin de partager les coûts d'acquisition de la clientèle.

Taylor Swift, qui a fait de la rémunération sur les plateformes de streaming un nouveau combat, s'était élevée contre la mesure et l'avait publiquement dénoncée, en assurant qu'Apple avait les moyens d'assumer seul le coût de sa stratégie commerciale, et de rémunérer les artistes pendant les trois mois d'écoute gratuite offerts aux clients.

L'influence de la chanteuse américaine est telle qu'Apple a rapidement baissé les armes, de peur de perdre le soutien des artistes et de voir son image de marque écornée, alors qu'il mise beaucoup sur le succès d'Apple Music contre les Spotify, Deeezer, YouTube Music Key, etc.

"Apple paiera l'artiste pour le streaming, même pendant la période d'essai gratuit du client", a ainsi rassuré Eddy Cue, le vice-président aux services d'Apple, dans un tweet publié lundi. "Nous vous entendons [Taylor Swift] et les artistes indépendants. On vous aime, Apple", a-t-il ajouté.

Taylor Swift a elle-même répondu qu'elle était "ravie et soulagée", et a remercié Apple pour son soutien.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés