La Nintendo 3DS reprend du poil de la bête au Japon. La dernière console portable de l'entreprise va franchir très bientôt la barre des trois millions d'exemplaires écoulés dans l'archipel. Mais si la dynamique semble repartir au Japon, les clients européens et américains ne suivent pas le mouvement.

La Nintendo 3DS sort la tête de l’eau. Sortie en février au Japon et fin mars en Europe et aux États-Unis, la dernière console portable a connu un démarrage poussif. Les faibles ventes de la console au printemps ont contraint Nintendo de baisser fortement son prix au cours du mois d’août. Une stratégie qui semble payer, puisque la console connaît un regain d’intérêt au Japon.

Selon l’entreprise japonaise, la barre des trois millions de consoles portables vendues est sur le point d’être franchie au Japon. Cité par Reuters, le président de Nintendo, Satoru Iwata, a affirmé au quotidien économique nippon Nikkei que « la dynamique repart« . À la fin de l’exercice, qui se termine le 31 mars 2012, Nintendo table sur quatre millions de consoles vendues pour la première année.

Il convient toutefois de relativiser cette reprise. L’augmentation des ventes de la 3DS profite d’abord de l’effet des fêtes de fin d’année, une période où les achats en jouets et en gadgets électroniques en tout genre explosent. Par ailleurs, la hausse des ventes se limite pour le moment au Japon, les consommateurs européens et américains ne semblant pas suivre la dynamique des clients japonais.

La baisse de prix opérée par Nintendo n’avait eu qu’un effet limité en Occident. Son prix, jugé trop élevé, et un catalogue de jeux trop peu fourni n’ont pas permis à la console de s’imposer rapidement chez les joueurs. Si les ventes ont connu un frémissement cet été, elles sont vite redescendues au niveau initial. La situation économique est également un frein conséquent, poussant les clients à différer ou annuler certains achats.

Au niveau mondial, Nintendo table néanmoins sur 15 à 16 millions de consoles portables vendues au cours de la première année. L’arrivée de nouveaux jeux devrait notamment inciter les joueurs à investir dans la 3DS. Le constructeur japonais fait néanmoins face à un défi nouveau, le développement du jeu vidéo sur les smartphones et les tablettes numériques.

Ces nouveaux appareils, qui connaissent un succès considérable depuis quelques années, s’imposent petit à petit comme les nouvelles consoles portables. Et pour cause, en plus d’autoriser le jeu vidéo, ces dispositifs permettent de nombreuses activités : téléphoner, surfer sur Internet, lancer des applications, lire des livres électroniques, regarder des vidéos… des fonctionnalités que les consoles portables Nintendo n’ont pas.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés