Il y a un prix à payer pour être le moteur de recherche par défaut sur iOS. Une place que tous convoitent mais que Google occupe depuis le début. Mais d'après un analyste, cela coûte de plus en plus cher à l'entreprise américaine.

Pour demeurer le moteur de recherche par défaut sur iOS, Google n’a guère le choix : le géant du net doit allonger la monnaie pour ne pas laisser sa place à l’un de ses très nombreux concurrents. Sauf qu’au fil des ans, la somme que la firme de Mountain View verse chaque année à Apple pour tenir à distance ses rivaux, à commencer par Bing de Microsoft, représente maintenant une petite fortune.

C’est ce que suppose un analyste de Bernstein, qui s’est basé sur la fuite antérieure de certaines informations sur le prix à payer pour imposer Google dans iOS et divers indicateurs, comme les revenus de Google dans le mobile, ceux générés par les services et les licences d’Apple ou encore les coûts d’acquisition de trafic. Et l’on ne parle pas de l’usage en hausse du mobile et du succès des produits Apple.

CC 401(K) 2012

D’après lui, Google pourrait bien devoir payer jusqu’à 3 milliards de dollars par Apple en 2017 pour rester le moteur de recherche par défaut sur iOS, le système d’exploitation qui équipe l’iPhone et l’iPad. Si ce montant est avéré, il serait alors trois fois plus élevé que le dernier plafond connu, un milliard de dollars en 2014, révélé par une avocate d’Oracle dans le cadre d’un procès sur Java et ses brevets.

100 millions, 1 milliard…

Il s’avère que le montant — hautement confidentiel — divulgué involontairement par la défense d’Oracle correspond avec les estimations faites en 2013 par des analystes de la banque d’investissement Morgan Stanley. En se basant sur divers indicateurs, ils avaient suggéré un montant identique. En 2010, les montants auraient été bien plus bas : la firme de Mountain View n’aurait payé « que » 100 millions de dollars.

Malgré les montants toujours plus importants que Google semble devoir verser à Apple pour rester le moteur de recherche par défaut sur iOS, la direction du géant du net ne semble pas décidée à arrêter les frais. La part de marché contrôlée par Apple, qui est un peu en-dessous des 20 % dans le monde, est visiblement trop importante — et sans doute trop lucrative — pour être abandonnée, même si cette place coûte cher.

Partager sur les réseaux sociaux