En décembre, Facebook et sa filiale Oculus ont mis la main sur une petite société danoise spécialisée dans une technologie qui revêt une importance centrale pour la réalité virtuelle : l'oculométrie.

L’oculométrie, vous savez ce que c’est ? Il s’agit d’un procédé qui permet de suivre les mouvements des yeux et le diamètre de la pupille pour faire toutes sortes de choses. Détecter lorsqu’on regarde l’écran de son smartphone, par exemple. Ou bien peindre une toile sans les mains. Et même anticiper les erreurs des développeurs quand ils écrivent un programme informatique.

Baptisée « eye tracking », cette technique intéresse évidemment beaucoup l’industrie de la réalité virtuelle. Après tout, c’est principalement à travers le regard qu’une telle expérience se vit. Il n’y a donc aucune surprise à voir les différents constructeurs de casques orienter leur communication sur la qualité du rendu visuel, de la définition au rafraichissement, en passant par l’angle de vue et le type d’écran.

De ce fait, il n’est pas surprenant du tout d’apprendre que la compagnie Oculus, filiale de Facebook, a procédé en toute discrétion à l’acquisition d’une startup danoise, The Eye Tribe, pour profiter de son savoir-faire. Sa technologie est même particulièrement encourageante pour le développement futur des casques de réalité virtuelle, qui restent pour certains très dépendants d’une unité centrale.

The Eye Tribe propose un dispositif dans lequel l’amélioration des graphismes ne se ferait qu’à l’endroit où regarde l’utilisateur. Les graphismes tout autour seraient quant à eux affichés avec un rendu plus élémentaire, de la même façon que la vision est nette là où le regard se porte et plus floue tout autour. Le système adapterait alors la qualité graphique à la trajectoire des yeux.

yeux-oeil-lentille
CC Skitter

Le procédé pourrait contribuer à libérer une partie de la puissance de calcul qui sert pour l’heure à afficher avec une grande précision des éléments qui n’ont pas (encore) été regardés par l’utilisateur. À la condition, bien sûr, que l’outil de eye tracking arrive à suivre fidèlement les yeux du joueur et le casque s’adapte à tout instant à ce qui est regardé, de façon à ne subir aucun « temps » de chargement.

Ce projet n’est pas le seul sur lequel travaille The Eye Tribe. Du côté des mobiles, la startup a imaginé un système, vendu 99 dollars, qui sert à modifier l’interface d’un logiciel selon la direction dans laquelle regarde l’usager. Là encore, ce procédé a un débouché évident dans le domaine de la réalité virtuelle, que ce soit pour regarder des oeuvres audiovisuelles qui se veulent immersives ou pour jouer à des jeux vidéo.

Partager sur les réseaux sociaux