Aux États-Unis, les Apple Watch Series 9 et Ultra 2, lancées en septembre, vont être retirées de la vente. Une décision historique liée à un conflit de brevets qui pourrait obliger Apple à agir vite. Parmi les changements évoqués, un changement d’algorithme pour changer le fonctionnement du capteur d’oxygène… ou un redesign complet de la montre.

Masimo tient sa revanche. L’entreprise médicale américaine, qui détient des brevets sur la mesure du taux d’oxygénation du sang, tente depuis des années de prouver qu’Apple a tenté de la racheter, a finalement recruté ses employés, a imité sa technologie puis l’a complètement lâchée. Depuis, Masimo ne pense qu’à sa vengeance. Son rêve : causer du tort à Apple.

Le 18 décembre, Masimo s’est sérieusement approché de son objectif. Après avoir obtenu une victoire judiciaire en octobre, à laquelle la Maison-Blanche ne s’est pas encore opposée (elle a jusqu’au 25 décembre pour le faire), Masimo a réussi à contraindre Apple d’annoncer la suspension de la vente de ses Apple Watch Series 9 et Apple Watch Ultra 2 aux États-Unis. Une décision inédite dans l’histoire de la marque, qui n’a jamais abandonné un produit en cours de route.

Apple espère encore se sauver, mais pourrait être bloqué

L’annonce d’Apple a surpris toute la presse, qui n’avait pas du tout anticipé cette possibilité. Certains s’interrogent d’ailleurs sur la méthode employée par Apple, qui a préféré offrir l’exclusivité de l’information au site 9to5mac plutôt que de l’annoncer officiellement par communiqué de presse. Le timing de cette exclusivité, qui coïncidait avec l’ouverture de Wall Street, interroge sur la manière de faire de la marque, qui semble vouloir faire pression sur les autorités américaines, sans totalement renoncer à sa montre.

Les capteurs de l'Apple Watch Ultra 2 // Source : Thomas Ancelle pour Numerama
Les capteurs de l’Apple Watch Ultra 2 sont en cause. // Source : Thomas Ancelle pour Numerama

Concrètement, ce que dit Apple est qu’il retirera les Apple Watch Series 9 et Apple Watch Ultra 2 de la vente le 21 décembre, avant de vider ses magasins le 24 décembre. La marque ne conservera que l’Apple Watch SE dans son catalogue, puisqu’elle ne permet pas de mesurer son taux d’oxygène dans le sang. Cette décision ne concerne que les États-Unis, puisque les autres autorités n’ont pas été saisies par Masimo.

Évidemment, Apple ne compte pas se laisser faire. Si l’entreprise est bien en train de préparer le terrain pour un retrait des dernières Apple Watch du marché américain, toutes ses annonces ont pour objectif d’intensifier la pression politique sur la Maison-Blanche. La décision de l’ITC (International Trade Commission) peut encore être bloquée par un véto présidentiel, un pouvoir possédé par Joe Biden. Lui seul peut annuler une décision de justice, s’il le juge nécessaire.

Joe Biden va-t-il sauver Apple ? En 2013, Barack Obama avait sauvé les iPhone et iPad, interdits d’importation suite à un conflit avec Samsung. Mais comme le font remarquer plusieurs observateurs : Samsung n’est pas une entreprise américaine. Joe Biden, qui impose une présidence réfléchie depuis son élection en 2020, peut-il prendre le parti d’une entreprise américaine contre une entreprise américaine ? Il a jusqu’au 25 décembre pour prendre cette décision, au risque de créer un drôle de précédent. Pour son image personnelle, dans un contexte géopolitique compliqué qui l’oblige à la plus grande rigueur, Joe Biden a aussi tout à gagner en s’évitant une polémique.

De nouvelles Apple Watch dans trois mois ?

Preuve que ce bannissement est sérieux, Apple aurait envoyé de nouvelles affiches promotionnelles pour l’Apple Watch à ses magasins américains, sans les Series 9 et Ultra 2. L’option Maison-Blanche est toujours sur la table, alors que l’Apple Watch est la montre la plus vendue au monde, mais Apple pourrait bel et bien perdre pour une fois.

Si l’Apple Watch est interdite aux États-Unis, comment réagira Apple ? Comme l’indique Mark Gurman de Bloomberg, Apple ne sera pas le seul maître ici. La marque californienne souhaite proposer un correctif logiciel avec de nouveaux algorithmes différents de ceux de Masimo, qui changeraient le calcul du taux de l’oxygène, mais Masimo part du fait qu’un changement nécessite a minima des changements matériels, en abandonnant les capteurs actuels. Le dernier mot sera pour le service des douanes, qui décidera si le correctif proposé par Apple est suffisant. Dans l’hypothèse où le correctif logiciel n’est pas suffisant, Bloomberg dit qu’il faudrait au moins trois mois pour finaliser de nouvelles Apple Watch. Tout cela pourrait avoir un impact sur le calendrier habituel de la marque.

L'Apple Watch Ultra 2 est toujours une vraie merveille de design. Tout est millimétré. // Source : Thomas Ancelle pour Numerama
L’Apple Watch Ultra 2 intègre plein de capteurs médicaux. // Source : Thomas Ancelle pour Numerama

En France, cet épisode aura-t-il des conséquences ? Rien ne changera au premier abord, mais les décisions prises par Apple pour changer sa Watch pourraient à terme concerner tout le monde.

Dans trois mois, les Apple Watch vendues en France pourront-elles toujours mesurer le taux d’oxygène dans le sang ? Y aura-t-il des ruptures de stock rapidement, si Apple arrête la production pour lancer celle de sa version révisée ? Le business Apple Watch, certes moins important que celui de l’iPhone, risque de traverser une période de turbulence majeure.

Comme évoqué précédemment, Apple a jusqu’au 25 décembre pour espérer trouver une solution, qui serait sans doute mal vécue par Masimo après des années devant les tribunaux. La marque peut aussi trouver un accord financier avec son rival, même s’il n’est pas dans ses habitudes de procéder ainsi. Apple espère sans doute trouver une solution assez rapidement pour ne pas trop souffrir du bannissement, qui commencera juste après Noël.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !