Sur Twitter, Elon Musk affirme que la Tesla Model S aurait pu avoir une autonomie de 1 000 kilomètres, mais que cela l’aurait rendu mauvaise.

Alors que l’offre de voitures électriques s’étoffe et que toutes les marques ou presque proposent au moins un modèle branché, ces dernières se livrent désormais à une autre compétition : celle de l’autonomie. Car pour de nombreux automobilistes, c’est encore ce point qui coince au moment de choisir une voiture et d’opter, peut-être, pour un modèle zéro-émission. Il existe même un mot pour qualifier la crainte démasquée de batterie : l’anxiété d’autonomie, plus connue sous le nom anglophone de range anxiety.

Avec l’amélioration des technologies et la baisse des coûts des batteries au fil des années, les constructeurs ont très largement augmenté les capacités de leurs véhicules électriques, et il n’est désormais pas rare de voir des modèles grand public dépasser les 400 kilomètres. Mieux encore, certains modèles haut de gamme peuvent même atteindre les 600 kilomètres, selon le cycle WLTP. Mais est-ce vraiment une bonne chose ?

Tesla Model Y 15
Tesla Model Y // Source : Louise Audry pour Numerama

Elon Musk opposé aux grosses batteries

Pas forcément. C’est en tout cas ce que pense Elon Musk. Sur Twitter, et relayé par Electrek, l’homme d’affaires a en effet répondu à un internaute soulignant que le constructeur Lucid venait tout juste de livrer le tout premier véhicule électrique capable de parcourir plus de 800 kilomètres en une seule charge. Ce dernier complète en affirmant que Tesla serait le premier constructeur à en produire un de série. Sauf que visiblement, Musk ne l’entend pas de cette oreille.

Celui-ci a en effet répondu que « nous aurions pu faire une Tesla Model S avec 600 miles d’autonomie (965 km) il y a 12 mois, mais nous n’aurions pas amélioré la voiture, car 99,9 % du temps, vous auriez transporté le poids supplémentaire de la plus grosse batterie, ce qui aurait détérioré l’accélération, la maniabilité et l’efficacité. Déjà, notre voiture avec plus de 400 miles d’autonomie (643 km, NDLR) offre plus que ce dont les gens ont réellement besoin ».

Un réseau de recharge dense

Pour le co-fondateur de la marque californienne, il n’est pas forcément indispensable pour une voiture électrique d’avoir une très grosse batterie, bien au contraire, puisque cela lui ferait prendre trop de poids. Par ailleurs, il souligne que les clients n’ont jamais vraiment exprimé le besoin de pouvoir rouler plus longtemps d’une seule traite. En revanche, la firme travaille au développement du réseau de Superchargeurs, afin d’offrir de nombreux points de recharge aux possesseurs de Tesla.

Le constructeur est également en train de mettre au point des technologies autour de batteries nouvelle génération — avec les fameuses cellules 4680 — , plus denses, plus rapides à charger et moins onéreuses. Inaugurées sur le Model Y (notre essai), elle seront intégrées à tous les autres modèles de la gamme.