Lucid Motors a détaillé ses ambitions derrière la conduite autonome. Sa stratégie s'appuie sur des similitudes avec Tesla, mais aussi quelques différences sur la partie hardware.

Lucid Motors peut-il vraiment faire vaciller Tesla ? Sur le terrain de l’autonomie, on sait déjà que la Lucid Air — sa berline ultra luxueuse — est meilleure que la Tesla Model S (836 kilomètres contre 651 kilomètres). Toutefois, au-delà des performances, il y a un domaine sur lequel Tesla dispose d’une sacrée avance : le développement de la conduite autonome. Elle permet aujourd’hui de proposer des assistances poussées sous la forme d’une bêta. Pendant ce temps-là, Lucid Motors partage ses promesses dans un communiqué publié le 12 octobre.

Comme Tesla, Lucid Motors a donné un nom à sa technologie : DreamDrive, qui existe aussi en variante Pro (pour plus de fonctionnalités). Pour le moment, elle prend la forme d’aides à la conduite (ADAS), mais l’idée est bel et bien de proposer, à terme, de la conduite automatisée dans des zones précises. Ce que propose déjà Tesla avec l’Autopilot, quand bien même il est nécessaire de garder les mains sur le volant.

Lucid Motors et la conduite autonome // Source : Lucid Motors

Lucid Motors mise sur le LiDAR pour la conduite autonome

Lucid Motors met en avant sa batterie de capteurs, idéalement intégrés dans le design de la berline — qui se doit de conserver son élégance pour convaincre. L’entreprise fait d’ailleurs mentir Elon Musk, avec l’intégration d’un LiDAR pour DreamDrive Pro (sur le museau de la voiture). « Cher, moche et pas nécessaire  », prétendait le milliardaire en février 2018.

Aujourd’hui, Lucid Motors vante cette grande première sur le marché automobile, sachant que la firme sera suivie par Volvo (qui en fera un équipement de série). Il s’agit pour rappel d’une technologie de télédétection par impulsions laser : elle s’appuie sur les propriétés de la lumière pour mesurer les distances, scanner l’environnement et reproduire avec précision des objets. 

Le LiDAR complète un équipement composé de caméras, de radars et de capteurs à ultrasons. En tout, ce sont jusqu’à 32 capteurs sur lesquels peut s’appuyer la Lucid Air pour analyser les alentours. De son côté, Tesla a sérieusement simplifié la partie hardware grâce à Tesla Vision, une évolution qui mise sur des caméras pour permettre à la voiture de se repérer (en plus de capteurs à ultrasons). A priori, la suppression des radars n’a aucun impact négatif sur les performances de l’Autopilot.

Voici l’équipement caméra d’une voiture Tesla :

  • Trois caméras installées derrière le pare-brise (une principale, une grand angle, une angle réduit) ;
  • Deux caméras latérales orientées vers l’avant ;
  • Deux caméras latérales orientées vers l’arrière ;
  • Une caméra arrière.

À noter que Lucid Motors s’en remet aussi aux sons pour améliorer la sécurité. Grâce aux 21 haut-parleurs installés dans l’habitacle, les alertes sonores seront lancées dans la direction du danger.

Lucid Motors et la conduite autonome // Source : Lucid Motors

Ce que promet Lucid Motors en conduite autonome

Derrière les promesses hardware, Lucid Motors ne semble pas vouloir trop s’avancer sur la conduite autonome en elle-même. Une belle preuve de prudence, sachant que l’Autopilot de Tesla fait beaucoup parler de lui, en bien comme en mal, depuis le lancement de la bêta de ce que la firme américaine appelle « la capacité de conduite entièrement autonome  ». Aujourd’hui, la technologie est très balbutiante, surtout en l’absence d’une législation claire.

Par conséquent, Lucid Motors met en avant des fonctionnalités basiques, amenées à être améliorées par des mises à jour. Par exemple, l’assistance Highway Assist combine le régulateur de vitesse adaptatif et l’aide au maintien dans la voie pour offrir un trajet plus reposant sur les voies rapides — à bonne distance des autres usagers. De son côté, l’assistance Traffic Jam Assist est pensée pour aider le conducteur pendant un bouchon (à une vitesse comprise entre 0 et 65 km/h). Enfin, l’assistance Auto Park rangera idéalement la berline sur une place de parking.

Bien entendu, un trajet sans les mains n’est pas encore à l’ordre du jour pour Lucid Motors.  «  Une caméra infrarouge observe la position de la tête et le regard, tandis qu’un système de surveillance pousse immédiatement le conducteur à remettre les mains sur le volant dès qu’elles ne sont plus détectées », indique Lucid Motors. Si le conducteur n’est plus en capacité de répondre aux différentes alertes, « le système ralentira le véhicule jusqu’à l’arrêt, activera les feux de détresse, émettra un bip sonore aigu et déverrouillera les portes pour que les secours puissent s’occupent des passagers. »

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo