NIO perd de l'argent, mais reste confiant.

En avril dernier, à l’occasion du salon automobile de Shanghai, la startup chinoise NIO présentait sa vision de la berline électrique. Quelques semaines plus tard, les ambitions ne sont plus les mêmes. Après avoir publié ses derniers résultats financiers le 28 mai 2019, le constructeur a décidé de repousser à une date inconnue celle qui viendra concurrencer la Model S de Tesla.

Il faut dire que NIO a perdu près de 400 millions de dollars en un trimestre. Durant cette période, il n’a livré que 3 989 SUV ES8, contre 7 980 entre octobre et décembre 2018. Cette baisse de 50 % fait mal au compte en banque et force NIO à repenser sa stratégie pour l’avenir — malgré une confiance maintenue.

NIO ET Preview // Source : NIO

La berline est repoussée

En avril 2019, NIO a livré 1 124 ES8, un volume plus bas que prévu. La startup attribue cette faible performance à la baisse du bonus écologique ainsi qu’à des facteurs macro-économiques liés au litige commercial entre la Chine et les États-Unis. Pour le second trimestre de cette année, NIO s’attend à vendre entre 2 800 et 3 200 voitures — soit une chute comprise entre 20 et 30 % par rapport à Q1.

Il est étonnant de voir NIO peu optimiste pour Q2 alors qu’il s’apprête à lancer son ES6, un SUV compact plus abordable et, par ricochet, apte à amener l’entreprise vers la rentabilité (comme la Model 3 pour Tesla). Les premiers clients devraient recevoir leur modèle en juin. NIO évoque 12 000 précommandes enregistrées quand l’ES8 atteint les 16 461 ventes depuis son lancement en juin 2018.

Dans ces conditions, NIO est contraint de revoir ses plans concernant sa berline électrique baptisée ET7. D’autant qu’il a pris la décision de la concevoir sur une toute nouvelle plateforme de développement (qui serait équipée pour de la conduite autonome de niveau 4). L’architecture actuelle, utilisée pour les SUV ES6 et ES8, sera néanmoins reprise pour donner naissance à une troisième voiture attendue pour 2020.

Partager sur les réseaux sociaux