Coup et Cityscoot s'opposent dans les rues de Paris et partent à la conquête de nouvelles villes, françaises et européennes. Nous avons comparé ce que proposent les deux services en 2019.

Article mis à jour le 2 avril 2019.

Dans un article complet, nous vous donnions nos impressions sur le premier service français de location de scooter électrique, Cityscoot, qui s’étend en 2018 en France — et bientôt en Europe. Le bien nommé avait beaucoup de qualités et quelques défauts et nous étions impatients de voir un peu de concurrence arriver sur ce secteur prometteur pour la mobilité urbaine non polluante. Le 17 août 2017, Cityscoot a été rejoint par un concurrent nommé Coup qui propose strictement la même chose, du moins conceptuellement : réserver des scooters électriques depuis une application, les déposer où bon vous semble (mais pas sur les trottoirs) pour qu’ils soient utilisés par d’autres utilisateurs.

En avril 2019 Coup a changé sa facturation, passant d’un système au forfait à un système à la minute (0,28 cts). Cityscoot, de son côté, facture 29 centimes par minute et propose des packs de minutes à acheter d’avance qui font baisser le tarif, par exemple à 0,22 cts pour un pack de 100 minutes. Nous avons fait quelques comparaisons sur des trajets pour vous donner une idée.

Cityscoot Cityscoot 100 mn Coup
5 minutes 1,45 € 1,1 € 2,80 €
10 minutes 2,9 € 2,2 € 2,80 €
15 minutes 4,35 € 3,3 € 4,2 €
20 minutes 5,8 € 4,4 € 5,6 €
30 minutes 8,7 € 6,6 € 8,4 €
40 minutes 11,6 € 8,8 € 11,2 €

En d’autres termes, on s’aperçoit que Coup est toujours plus rentable, sauf quand l’utilisateur de Cityscoot prend un pack de minutes, auquel cas la facture baisse considérablement. Coup propose également un tarif à la journée de 25 € (pour 7h à 19h) et un tarif nuit à 15 € (de 19h à 7h), ce qui peut être chouette pour faire du tourisme. Bref, les usages sont bien couverts par les deux services.

Côté contraventions, la politique est la même des deux côtés : vous payez. Chez Cityscoot, toutes les contraventions, même celles liées au stationnement non autorisé, sont majorées par des frais de dossier de 15 €. Chez Coup, même refrain, mais les frais de dossier s’élèvent à 10 €. D’autres frais peuvent être à votre charge comme le rapatriement d’un scooter laissé en-dehors de la zone (200 €) ou enlevé par la fourrière. Bref, vous êtes responsable.

Coup est plus rentable, sauf si vous achetez des minutes en avance chez Cityscoot

Cityscoot et Coup sont disponibles dans Paris intra-muros. La zone Cityscoot a bien évolué depuis le lancement de la marque : elle couvrait en avril 2019 certaines zones de la proche banlieue et compte 3 500 scooters. Cityscoot s’est aussi déployé à Nice et Milan et prévoit son arrivée à Rome. Coup a une zone plus limitée à Paris intra-muros et ne communique pas sur le nombre de scooters en libre service. Le service est aussi disponible à Berlin et à Madrid. Les deux proposent une formation gratuite à celles et ceux qui n’auraient jamais conduit de deux roues motorisés.

Côté application, les deux se valent. On se retrouve avec une carte de la ville dans laquelle on se trouve et l’on peut sélectionner un scooter à l’avance. Il sera réservé et il suffit alors d’aller le chercher et de le déverrouiller avec un code unique sur l’application. C’est assez simple et en quelques minutes, on est prêt à rouler.

Les scooters Coup ont plus de patate que ceux de Cityscoot par défaut, mais l’application Cityscoot permet de régler l’accélération et la reprise selon trois crans (option réservée aux utilisateurs confirmés).

Coup est disponible sur l’App Store et le Google Play — Cityscoot est aussi disponible sur la plateforme d’Apple et celle de Google.

Article publié initialement le 8 février 2018

Partager sur les réseaux sociaux