Que ce soit pour faire le buzz ou frimer, l’usage au volant du casque Vision Pro d’Apple semble se multiplier aux États-Unis. Une idée saugrenue, qui oblige le gouvernement américain à réagir.

L’Apple Vision Pro coûte plus de 3 500 dollars. C’est onéreux, mais on peut au moins espérer que cela limite un peu une nouvelle mode inquiétante outre-Atlantique. Depuis la sortie du nouveau Vision Pro d’Apple, le vendredi 2 février 2024, les vidéos de conducteurs de Tesla se multiplient. En plus d’être inattentifs au volant en se reposant uniquement sur les aides à la conduite, ils ont sur le nez le casque de réalité virtuelle d’Apple. Certains le font pour créer le buzz sur les réseaux sociaux, mais hélas les mauvaises idées de ce type risquent en inspirer d’autres, qui ne verront pas forcément le danger.

Tout ceci a le don d’agacer les associations de sécurité routière, et le gouvernement américain s’inquiète également déjà des conséquences. Apple a pourtant bien précisé qu’il ne faut jamais utiliser le casque lorsqu’on conduit un véhicule en mouvement.

Déjà plus 50 millions de vues pour ces vidéos d’Apple Vision dans des Tesla

En cumulé, les deux principales vidéos sur le sujet ont réalisé 50 millions de vues rien que sur X (Twitter). Numerama s’est saisi dès samedi 3 février du sujet, soit le jour même de la sortie du casque de réalité virtuelle d’Apple, avec la première vidéo à avoir émergé sur les réseaux, impliquant un conducteur de Model Y.

Depuis, une autre vidéo d’un conducteur dans le tout nouveau Cybertruck de Tesla a également percé. Cependant, si la Model Y peut rouler avec la conduite autonome « Full Self Driving » (FSD) en limitant vaguement les risques, ce n’est pas le cas du Cybertruck. C’est donc un niveau supérieur de dangerosité dans cette vidéo du second « conducteur ».  

Le secrétaire aux Transports des États-Unis, Pete Buttigieg, a dû se lancer dans un rappel des règles de conduite sur X, en réaction à cette seconde vidéo : « Rappel – Tous les systèmes avancés d’aide à la conduite disponibles aujourd’hui exigent que le conducteur humain garde le contrôle et s’engage pleinement dans la conduite à tout moment. »

Aucune réaction d’Elon Musk

Vous l’aurez vite remarqué, pour le moment, il y a un point commun entre ces conducteurs : tous conduisent des Tesla. Le faux sentiment de sécurité, prôné depuis des années par la marque par rapport aux aides à la conduite (ADAS) développées en interne, génère de plus en plus de dérives sur les routes américaines. Au fil des ans, on y a vu des chiens au volant de Tesla, ou des sièges conducteurs vides de leur occupant. Hélas, il n’y a rien de bien nouveau dans l’univers des fans de la marque.

Il utilise son Apple Vision Pro en conduisant // Source : Capture Twitter
Un conducteur utilise son Apple Vision Pro au volant. // Source : Capture Twitter

Il suffirait pourtant d’un tweet d’Elon Musk pour siffler la fin de la récré. Un simple message disant « N’utilisez pas le Vision Pro dans les Tesla (utilisez plutôt notre super écran central) » aurait un impact bien plus radical que le tweet du secrétaire aux Transports de la Maison-Blanche.

Le patron de Tesla n’en fera probablement rien, sans doute satisfait de cette publicité gratuite. Il semble impossible qu’Elon Musk n’ait pas vu les deux vidéos qui ont percé sur son réseau social X (Twitter). Toutefois, il parait davantage préoccupé ces derniers jours à faire de la politique en commentant les problèmes d’immigration aux USA.

Une chose est certaine, à cause des conducteurs de Tesla, il va rapidement falloir légiférer sur l’utilisation de ces casques dans tous les pays du monde pour les intégrer aux interdictions du code de la route.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.