Le propriétaire d’un Tesla Model X a jugé divertissant de tromper l’Autopilot en installant un chien à la place du conducteur. C’est non seulement stupide, mais extrêmement dangereux.

Existe-t-il un concours, parmi certains propriétaires de voitures Tesla, pour désigner celui qui aura l’utilisation la plus stupide de l’Autopilot ? Dans une vidéo publiée dans les colonnes d’Electrek le 14 décembre (que nous ne partagerons pas), on assiste à une séquence révoltante : on peut voir un chien installé au poste de conducteur d’un Model X roulant… seul.

Il s’agit bien évidemment d’un énième détournement des technologies développées par Tesla qui amèneront à la conduite autonome. Elles requièrent normalement une vigilance de tous les instants, afin d’être en mesure de reprendre le contrôle si les choses venaient à mal tourner. Autant dire que rien ne va dans la vidéo : non seulement il n’y a personne pour empêcher un éventuel drame mais, en prime, c’est un cas de maltraitance sur animaux.

Chien dans une Tesla qui roule seule // Source : Electrek
Un propriétaire de voiture Tesla a trouvé divertissant de mettre son chien en danger // Source : Electrek

Certains propriétaires d’une Tesla sont vraiment stupides

Electrek a pu s’entretenir avec Blake Messick, l’homme qui a filmé et partagé la scène. L’intéressé est un (petit) YouTuber visiblement spécialisé dans les vidéos à l’humour douteux (et qui a besoin d’abonnés). Ses propos sont étranges. Jugez plutôt : « J’étais en train de rouler en compagnie d’un ami sur une route du Texas quand je l’ai vu. Au début, cela ressemblait simplement à un chien installé sur les genoux du conducteur, mais mon ami m’a dit qu’il n’y avait pas de conducteur. Alors, bien sûr, j’ai commencé à filmer par intérêt (…). J’ai posté la vidéo sur internet et je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit autant médiatisée. » À aucun moment, il n’exprime de l’empathie pour le chien ou n’évoque la dangerosité de ce à quoi il a assisté. Sa seule réaction pendant la vidéo ? Demander bêtement à l’animal où est son propriétaire.

Si on peut s’interroger sur son implication, Blake Messick estime être la victime d’un canular : « Beaucoup de mes amis créent des vidéos pour en vivre, et je pense que l’un d’entre eux a fait ça pour un projet et m’a ciblé pour une blague. » Les plus observateurs remarqueront toutefois que la vidéo démarre sur un plan montrant sa chaussure où il est inscrit : « Sub 2 Blake » (soit abonnez-vous à la chaîne de Blake). Il est donc difficile de ne pas voir dans cette affaire une mise en scène déplorable visant à attirer les vues.

C’est, à l’arrivée, une preuve de plus que l’Autopilot peut vraiment être dangereux quand il se trouve entre les mains de personnes malavisées — et que les volets de sécurité pour les empêcher de nuire sont encore trop faillibles. À noter que Frederic Lambert, rédacteur en chef d’Electrek, s’est permis de contacter la police pour dénoncer ce méfait.