Le propriétaire d’un Tesla Model X a jugé divertissant de tromper l’Autopilot en installant un chien à la place du conducteur. C’est non seulement stupide, mais extrêmement dangereux.

Existe-t-il un concours, parmi certains propriétaires de voitures Tesla, pour désigner celui qui aura l’utilisation la plus stupide de l’Autopilot ? Dans une vidéo publiée dans les colonnes d’Electrek le 14 décembre (que nous ne partagerons pas), on assiste à une séquence révoltante : on peut voir un chien installé au poste de conducteur d’un Model X roulant… seul.

Il s’agit bien évidemment d’un énième détournement des technologies développées par Tesla qui amèneront à la conduite autonome. Elles requièrent normalement une vigilance de tous les instants, afin d’être en mesure de reprendre le contrôle si les choses venaient à mal tourner. Autant dire que rien ne va dans la vidéo : non seulement il n’y a personne pour empêcher un éventuel drame mais, en prime, c’est un cas de maltraitance sur animaux.

Chien dans une Tesla qui roule seule // Source : Electrek
Un propriétaire de voiture Tesla a trouvé divertissant de mettre son chien en danger // Source : Electrek

Certains propriétaires d’une Tesla sont vraiment stupides

Electrek a pu s’entretenir avec Blake Messick, l’homme qui a filmé et partagé la scène. L’intéressé est un (petit) YouTuber visiblement spécialisé dans les vidéos à l’humour douteux (et qui a besoin d’abonnés). Ses propos sont étranges. Jugez plutôt : « J’étais en train de rouler en compagnie d’un ami sur une route du Texas quand je l’ai vu. Au début, cela ressemblait simplement à un chien installé sur les genoux du conducteur, mais mon ami m’a dit qu’il n’y avait pas de conducteur. Alors, bien sûr, j’ai commencé à filmer par intérêt (…). J’ai posté la vidéo sur internet et je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit autant médiatisée. » À aucun moment, il n’exprime de l’empathie pour le chien ou n’évoque la dangerosité de ce à quoi il a assisté. Sa seule réaction pendant la vidéo ? Demander bêtement à l’animal où est son propriétaire.

Si on peut s’interroger sur son implication, Blake Messick estime être la victime d’un canular : « Beaucoup de mes amis créent des vidéos pour en vivre, et je pense que l’un d’entre eux a fait ça pour un projet et m’a ciblé pour une blague. » Les plus observateurs remarqueront toutefois que la vidéo démarre sur un plan montrant sa chaussure où il est inscrit : « Sub 2 Blake » (soit abonnez-vous à la chaîne de Blake). Il est donc difficile de ne pas voir dans cette affaire une mise en scène déplorable visant à attirer les vues.

C’est, à l’arrivée, une preuve de plus que l’Autopilot peut vraiment être dangereux quand il se trouve entre les mains de personnes malavisées — et que les volets de sécurité pour les empêcher de nuire sont encore trop faillibles. À noter que Frederic Lambert, rédacteur en chef d’Electrek, s’est permis de contacter la police pour dénoncer ce méfait.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !