Volkswagen profite du CES de Las Vegas pour annoncer l’intégration de ChatGPT, notamment dans ses voitures 100 % électriques de la gamme ID.

Une première mondiale qui n’en est pas réellement une : via un communiqué publié le 8 janvier dans le cadre du CES 2024, Volkswagen a officialisé l’arrivée de ChatGPT dans ses voitures. Ce n’est pas la première fois que le chatbot est lié au monde de l’automobile. Depuis plusieurs mois, la marque DS, certes plus confidentielle que le groupe Volkswagen, expérimente l’intégration de ChatGPT dans son assistance vocale. L’idée directrice est la même pour le constructeur allemand, qui souhaite améliorer son interface IDA.

Volkswagen souhaite néanmoins faire de ChatGPT une fonctionnalité phare de son catalogue, quand DS est toujours dans une phase de test. L’intelligence artificielle alimentera l’infodivertissement de dernière génération, qu’on trouve à bord des modèles 100 % électriques (ID.7, ID.4, ID.5 et ID.3), ainsi que du Tiguan, de la Passat et de la future Golf. À noter qu’il ne s’agit pas d’un partenariat avec OpenAI. Volkswagen s’est associé à Cerence, qui fournit des technologies articulées autour de l’IA.

Source : Raphaelle Baut pour Numerama
ID.5. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

À quoi sert ChatGPT dans une Volkswagen ?

Bien évidemment, ChatGPT ne conduira pas la voiture à votre place. Son rôle est d’améliorer les capacités offertes par IDA, qui peut déjà répondre à certaines sollicitations pour activer des fonctionnalités utiles (par exemple : rentrer une destination pour le GPS). ChatGPT mobilisera son « intelligence » pour des questions plus précises, auxquelles ne saurait répondre le système développé par Volkswagen. Il vient donc suppléer IDA, si IDA atteint ses limites. Au final, il reviendra quand même à IDA de répondre. La preuve en images, en compagnie de l’acteur Ewan McGregor à bord de la berline ID.7 :

Le constructeur ne fournit pas de cas concrets dans sa description, mais on peut se référer à l’expérience DS. L’agent conversationnel sera en mesure de tenir une conversation sur des sujets plus généraux, comme des renseignements sur un lieu qu’on est en train de traverser. Bref, l’idée est de tenir compagnie pendant un trajet, sans réelle plus-value concrète sur l’expérience de conduite en tant que telle. Si vous n’aimez pas écouter de la musique ou que vous avez déjà épuisé votre bibliothèque de podcasts, pourquoi pas. Il faut quand même prendre un peu de recul vis-à-vis des réponses fournies par ChatGPT. En l’état, l’intérêt paraît discutable, même si on ignore de quoi l’avenir sera fait avec ces technologies IA qui peuvent évoluer très rapidement.

Au moins Volkswagen promet-il une intégration transparente et, a priori, sans surcoût pour la conductrice ou le conducteur. La multinationale met aussi en avant la sécurité des données : « ChatGPT n’a pas accès aux données de la voiture ; les questions et les réponses sont effacées immédiatement pour garantir le plus haut niveau de protection. » Il ne sera pas non plus nécessaire de créer un compte, d’installer une application ou d’activer ChatGPT : l’assistant vocal IDA s’occupera de tout.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !