À Las Vegas, Elioz, le spécialiste des solutions pour les personnes sourdes et malentendantes, annonce un chatbot capable de répondre à des questions posées en langue des signes. À terme, il espère utiliser l’intelligence artificielle générative pour permettre aux malentendants de discuter naturellement avec un équivalent de ChatGPT.

Si vous ne connaissez pas Elioz, c’est probablement normal. Fondée en 2006, cette entreprise française développe des solutions d’accessibilité pour les personnes sourdes et malentendantes. Son objectif est d’améliorer l’accès aux services numériques, notamment en s’alliant à de grandes entreprises. Elioz fait rarement parler de lui, mais il est essentiel pour des millions de personnes.

Au CES de Las Vegas, Elioz présente une de ses premières solutions pour le grand public. L’entreprise a mis au point un « sign-bot » qui prend la forme d’un avatar 3D, pour que les malentendants aient enfin leur propre assistant vocal. Au lieu de lui parler avec sa voix, on utilise la langue des signes.

@numerama

Elioz a fabriqué une IA qui comprend la langue des signes. Son objectif à moyen terme : adapter ChatGPT aux malentendants. #chatgpt #ces #ces2024 #numerama #tech #ASL

♬ son original – Numerama – Numerama

Elioz n’utilise pas encore l’IA générative

En l’état, l’intelligence artificielle d’Elioz est plus proche de Siri que de ChatGPT. Elle est capable de reconnaître 3 700 signes, mais ne peut répondre qu’à des commandes précises. On peut, par exemple, lui demander d’appeler, puis dicter un nom. L’application accèdera alors aux contacts pour déclencher l’appel. Les animations de l’avatar 3D ont été enregistrées par de vraies personnes, puisqu’il est difficile de générer du texte dans une langue « spatiale ».

Grâce à la caméra de la tablette, l'application d'Elioz peut comprendre la langue des signes.
Grâce à la caméra de la tablette, l’application d’Elioz peut comprendre la langue des signes. // Source : Numerama

À terme, Elioz aimerait aller beaucoup plus loin. Les responsables de l’entreprise expliquent à Numerama qu’ils voient dans la révolution de l’IA générative l’opportunité de vraiment traduire du texte en signes. Si son intelligence artificielle peut analyser un flux de signes en temps réel, l’envoyer à un modèle de langage comme GPT, puis le convertir en signes, alors Elioz aura réussi sa mission. C’est, à notre connaissance, la première initiative de ce genre pour les personnes malentendantes.

Au CES 2024, l’IA générative devrait être un des sujets les plus importants. À l’heure où toutes les entreprises veulent leur ChatGPT, l’initiative d’Elioz nous semble mériter le détour. De nombreuses entreprises oublient souvent les questions d’accessibilité.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !