Selon une étude de l’International Council on Clean Transportation, les constructeurs japonais seraient les plus en retard sur l’électrification de leurs véhicules.

Référence mondiale dans le secteur de l’automobile pour la qualité de ses véhicules, le Japon a désormais du souci à se faire avec l’émergence et la présence de plus en plus importante de véhicules électriques sur le marché. Avec l’arrivée de nombreux concurrents chinois et la transition vers des véhicules moins polluants pour la plupart des constructeurs européens et américains, le marché des constructeurs automobiles japonais doit rapidement songer à sa transition.

C’est ce que confirme l’International Council on Clean Transportation (ICCT) dans une étude publiée le 31 mai dernier sur les constructeurs qui mènent la danse de la transition vers les véhicules électriques. L’ONG, qui étudie l’électrification à l’échelle globale, a pris en compte de nombreux facteurs, tels que le pourcentage de voitures électriques vendues, l’emploi éventuel d’énergies renouvelables pour la fabrication du véhicule ou encore leur autonomie.

Et selon le classement réalisé par l’ICCT, le Japon possède un sérieux retard sur la concurrence à l’échelle mondiale.

Le classement des constructeurs automobiles sur l'électrification // Source : ICCT
Le classement des constructeurs automobiles sur l’électrification // Source : ICCT

Les Japonais sont à des années-lumière de Tesla

D’après les données fournies par l’ONG, les constructeurs japonais ont vraiment du mal à faire peser la part de véhicules électriques dans leurs ventes. À titre d’exemple, Toyota s’en sort avec un score de 30 sur 100, alors que Suzuki obtient un zéro pointé. C’est dû au fait que Suzuki n’a pas le moindre véhicule électrique commercialisé à l’heure actuelle, bien que la marque prévoie une électrification de sa gamme, d’ici la fin de la décennie.

Parmi les autres constructeurs japonais épinglés par cette étude de l’ICCT, on retrouve également Honda (28), Nissan (27) et Mazda (10). Les marques nippones sont notamment épinglées pour le faible impact des ventes de voitures à émission zéro dans leurs ventes totales, mais également sur leur vision stratégique : d’après le classement de l’ONG, les constructeurs ne seraient pas pleinement investis dans le développement des voitures électriques.

À l’opposé, deux constructeurs dominent totalement les débats de l’électrification : les deux leaders mondiaux du véhicule électrique, Tesla (83) et BYD (73). L’étude menée par l’ICCT met grandement en avant la marque automobile d’Elon Musk, avec un score parfait de 100 dans de nombreuses sous-catégories, notamment sur la stratégie de développement de véhicules électriques (fabrication de véhicules sur différents continents, production de ses propres batteries…).

De son côté, le constructeur chinois BYD tente de suivre la cadence et ses efforts pour une électrification de sa flotte sont notés par l’ONG. Son seul bémol concerne l’emploi d’énergies renouvelables et la vitesse de recharge de ses batteries.

Tesla à Singapour // Source : Extrait vidéo Tesla
Tesla domine les débats de la voiture électrique // Source : Extrait vidéo Tesla

Mention honorable pour les Français

Côté français, les constructeurs tricolores sont dans le bon train, celui des marques en pleine transition à l’image de Renault, qui possède un score honorable de 47 sur 100 et de belles ambitions pour une transition au tout-électrique. Même son de cloche du côté de Stellantis, qui possède Citroën et Peugeot : avec une note de 50 sur 100, l’alliance italo-franco-américaine profite de sa capacité à couvrir la quasi-totalité des gammes de véhicules pour augmenter sa note.

Ce classement, réalisé à partir de chiffres du marché automobile mondial en 2022, risque cependant d’évoluer dans les années à venir. On pourrait donc y voir de nombreux changements, notamment pour le secteur automobile japonais qui a tout à gagner avec l’électrification de ses véhicules.

L’automobile électrique vous passionne ? Vous avez envie d’en savoir plus sur la mobilité de demain ? Abonnez-vous à Watt Else, notre newsletter gratuite, 100 % édito, 100 % garantie sans langue de bois.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.