On a pu essayer la Honda e pendant quelques heures. On est tout de suite tombé sous le charme de l'intérieur, paradis de confort et de technologies.

En février 2019, Honda se fendait d’un court communiqué pour dévoiler l’intérieur de sa Honda e, à l’époque où la compacte électrique n’était encore qu’au stade de prototype. C’est donc peu dire que le constructeur nippon est fier de l’intérieur de sa voiture, pensé pour allier habitabilité et technologie. Après un essai de deux jours à bord de la Honda e, on peut confirmer que cette promesse est tenue : la firme a raison et on est tombé très vite amoureux de l’intérieur du véhicule.

L’habitacle de la Honda e ne ressemble à aucun autre. On retrouve familièrement un volant, des boutons (mais pas trop), une planche de bord, des rangements,… Mais il y a un on-ne-sait-quoi qui confère un charme en plus. C’est peut-être dû aux belles finitions en bois synthétique, accompagnant le tissus très confortable des sièges. Ou bien a-t-on été happé par les nombreux écrans qui peuplent la Honda e, technologiquement très avancée. On peut en compter jusqu’à six !

Les deux grands écrans de la Honda e // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Le charme de l’habitacle de la Honda e

On entre dans la Honda e grâce à une porte à poignée affleurante, première plongée dans le futur. Une fois installé, on ne sait plus où donner de la tête tellement il y a de choses sur lesquelles le regard peut se poser. À chaque extrémité du tableau de bord, on retrouve un écran de 6 pouces chargé de retransmettre les images captées par les rétroviseurs extérieurs virtuels (de série). Ils sont placés suffisamment haut pour ne pas mettre à mal les habitudes, même si c’est un coup à prendre (le regard se porte un peu moins à l’extérieur qu’avec des rétroviseurs classiques). En prime, ils s’avèrent bien définis. Pour le rétroviseur central, on a le choix entre un miroir classique ou un écran relié à une caméra tournée vers ce qu’il se passe derrière. À l’usage, on a rencontré les mêmes gênes qu’avec le Range Rover Evoque (phénomène d’accommodation oculaire).

Écran du rétroviseur extérieur de la Honda e // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Honda a logiquement installé un écran derrière le volant (8,8 pouces), pour une instrumentation 100 % numérique. Sur la droite, ce ne sont pas un, mais deux écrans tactiles qui donnent accès à l’infodivertissement. Ils reposent tous deux sur une diagonale de 12,3 pouces, ce qui donne une vue panoramique loin d’être désagréable. Pourquoi ce choix ? Pour permettre au passager d’avoir accès plus facilement aux fonctionnalités de la voiture, avec une partie logicielle très surprenante — dans le bon sens du terme. Les ingénieurs se sont inspirés des smartphones et tablettes pour offrir une navigation intuitive et rapide.

L’interface est un peu vieillotte mais, au moins, elle est efficace. On passe facilement d’une application à l’autre (il y a même une vue multitâche montrant toutes celles en cours d’utilisation, avec possibilité de les fermer en glissant vers le haut) et on peut carrément intervertir le contenu des deux écrans en cas de besoin. Cette caractéristique peut s’avérer utile si, par exemple, le passager souhaite prendre la main sur la navigation sans avoir à tendre le bras.

Le multitâche de la Honda e // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Quand on navigue dans les menus de la Honda e, on a l’impression d’utiliser une tablette. On est encore loin du confort offert par les écosystèmes Android et iOS, mais il y a clairement du mieux. D’autant que la Honda e ne manque pas de fonctionnalités connectées : Bluetooth, Apple CarPlay, Android Auto, assistant vocal « Ok Honda », application compagnon, affichage d’un aquarium (c’est reposant), fonds d’écran, choix des raccourcis… Tout y est et la Honda e est taillée pour plaire aux technophiles. Honda a même pensé à intégrer une prise AC de 230V et un port HDMI pour… brancher une console de jeux vidéo. En revanche, les puristes déploreront sans doute l’absence d’un levier de vitesse, remplacé par des boutons qui permettent de sélectionner le mode de conduite adéquat. Honda a par ailleurs oublié l’interface USB-C en route.

En somme, la Honda e séduit beaucoup grâce à son intérieur atypique, qui mélange les technologies attendues en 2020 avec le confort et les finitions espérés. Le tout sans sacrifier l’espace de vie à l’avant.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo