Sur le marché de la voiture électrique en France, il y aura dans les prochains mois plusieurs nouvelles marques automobiles chinoises à suivre. La marque Leapmotor vient de confirmer son arrivée pour la fin 2022.

Les constructeurs automobiles chinois n’ont jamais réussi à conquérir le marché européen des voitures thermiques, mais ils tiennent leur revanche avec les véhicules électriques. Cela va faire grincer les dents de ceux qui voient d’un mauvais œil cette concurrence agressive. Il va pourtant falloir s’y faire.

Leapmotor fait partie de ces startups chinoises, que nous ne connaissons pas encore, mais qui se lance d’ici à la fin de l’année sur le marché français. Elle évolue un peu dans l’ombre d’autres grands noms (Byd, Xpeng, Nio, MG), mais elle arrive quand même à sortir son épingle du jeu. Il faut dire que la Chine compte plusieurs centaines de fabricants de véhicules électriques, une croissance poussée par de nombreuses subventions du gouvernement chinois, qui doivent prendre fin en décembre 2022. Comme beaucoup d’autres marques, pour survivre, ces constructeurs chinois doivent partir à la conquête d’autres marchés, Leapmotor a décidé de s’exporter vers l’Europe.

Un début en France avec la petite citadine électrique T03

La Leapmotor T03 est une mini-citadine de 3,62 m, soit l’équivalent d’une Renault Twingo ZE ou d’une Volkswagen e-Up. C’est donc un véhicule électrique adapté à la ville. Une bonne nouvelle, car ce segment des petites citadines est boudé par les constructeurs historiques à cause de son manque de rentabilité.

Leapmotor-T03
Leapmotor T03 vendue actuellement en Chine // Source : Leapmotor

Le communiqué de presse de l’importateur indique qu’elle dispose d’une motorisation électrique de 80 kW (109 ch) associée à une batterie Lithium-ion de 41,3 kWh. Elle est annoncée pour 280 km d’autonomie wltp.

Les informations complémentaires sur le modèle, ainsi que ses prix, seront confirmées lors de son début de commercialisation en France.

Leapmotor-T03-2
Leapmotor T03 intérieur de la version chinoise // Source : Leapmotor

En Chine, la Leapmotor T03 est commercialisée à partir d’un peu moins de 11 000 €. Bien entendu, on ne peut pas attendre un tel tarif en France, mais on peut espérer un modèle à moins de 20 000 €, qui viendrait un peu concurrencer le leadership de la Dacia Spring sur cette gamme de prix.

EVE France a été choisi pour la commercialisation de la marque en France, avec comme ambition de rapidement multiplier les points de vente Leapmotor. Les premières ventes sont prévues pour le dernier trimestre 2022.

D’autres marques chinoises sont aussi sur les rangs  

Toutes les marques chinoises ne rencontreront pas forcément le succès escompté par leurs propriétaires. Si MG a réussi à amorcer une bonne croissance en France et en Europe, Aiways et Seres ont par exemple des volumes de ventes beaucoup plus anecdotiques. Ils proposent pourtant des véhicules à des tarifs attractifs.

Leapmotor
Arrière de la T03 // Source : Leapmotor

D’autres marques chinoises pourraient par contre réussir à grappiller des parts de marché aux constructeurs historiques. On attend notamment le Mondial de Paris en octobre pour découvrir ce que BYD réserve à l’Europe. Le salon de Paris sera également l’occasion de découvrir la Ora Funky Cat du groupe Great Wall Motor. Nio et Xpeng, qui ciblent le marché premium, ont commencé à s’implanter en Norvège et visent désormais d’autres marchés européens.

Que l’on soit pour ou contre l’arrivée en masse des véhicules chinois sur nos routes, c’est une tendance qu’il va être intéressante de suivre, car elle pourrait faire bouger les stratégies des constructeurs européens plus rapidement que prévu.