La gamme de voitures électriques Renault va accueillir la Twingo, la mini-citadine ultra populaire de l'entreprise française. Et elle ne vise rien d'autre qu'une utilisation urbaine.

Après les SUV toujours plus gros et performants, le marché de la voiture électrique accueille de plus en plus de voitures compactes. Cette tendance bienvenue est parfaitement incarnée par la Twingo Z.E., officialisée le 24 février par Renault. Elle reprend bien évidemment la silhouette iconique de la mini-citadine et profite d’une plateforme préadaptée pour épouser la mobilité électrique.

Renault ne vise rien d’autre qu’une utilisation urbaine avec la Twingo Z.E., en témoigne le chiffre fourni sur l’accélération : la voiture abat le 0 à 50 km/h en un peu plus de 4 secondes. Habituellement, les constructeurs donnent le 0 à 100 km/h, ce qui montre bien que la Z.E. est faite pour la ville. Dans le même ordre d’idée, Renault met en avant le rayon de braquage, décrit comme le meilleur du marché (4,30 mètres pour faire demi-tour).

Renault Twingo Z.E. // Source : Renault

La Twingo passe au 100 % électrique

La Twingo Z.E. ressemble, dans les grandes lignes, à la Twingo dont le design a été revu au printemps dernier. Tout juste peut-on apprécier les quelques touches distinctives, comme des badges ‘Z.E. Electric’, un liseré latéral personnalisable qui souligne la ligne de la voiture ou une calandre redécorée. Dans l’habitacle, Renault souligne qu’aucun espace n’a été sacrifié tandis qu’un écran tactile de 7 pouces a été installé pour les fonctionnalités connectées.

Pour la motorisation, la Twingo Z.E. s’appuie sur les technologies développées grâce à la Zoé. Le petit moteur de 60 kW (82 chevaux) est installé à l’arrière et délivre un couple de 160 nm disponible instantanément — électrique oblige. La vitesse est volontairement bridée à 135 km/h, et divers modes de conduite sont proposés, notamment une option Éco pour moins tirer sur la batterie de 22 kWh. Il y a également trois niveaux de freinage régénératif, dont un qui permet de soulager fortement la pédale de frein (idéal pour la ville).

Renault Twingo Z.E. // Source : Renault

Il ne faut pas espérer une autonomie élevée de la Twingo Z.E., limitée à 180 kilomètres selon la norme WLTP (cycle mixte) — voire à 110 kilomètres en hiver. « Cette autonomie permet de réaliser une semaine de trajets urbains sans recharge », promet quand même Renault, qui se base sur l’usage quotidien moyen des Européens (une trentaine de kilomètres pour les propriétaires d’une mini-citadine). Le petite véhicule est compatible avec une charge rapide jusqu’à une puissance de 22 kW (80 kilomètres récupérés en 30 minutes). 

La Renault Twingo Z.E. est attendue pour cette année, sachant que la grille tarifaire et la date des premières livraisons n’ont pas encore été communiquées. La Twingo thermique débute en tout cas à 11 400 euros.

Renault Twingo Z.E. // Source : Renault

Partager sur les réseaux sociaux