Windows 11 vient peut-être de sortir, mais il n’est pas forcément malin de se ruer sur la mise à jour. Si vous patientez jusqu’à que la mise à jour arrive par elle-même, vous vous éviterez probablement quelques ennuis.

Le 5 octobre 2021, l’entreprise de cloud gaming Shadow a envoyé un mail, pour demander à ses abonnés et abonnées d’attendre un peu avant de mettre leur machine dématérialisée à jour vers Windows 11.

L’entreprise explique que ce petit délai leur permettra de « fournir les meilleures performances et la meilleure expérience utilisateur possible ». Si les utilisateurs et utilisatrices les plus technophiles sont sans doute déçus de ne pas pouvoir profiter des nouveautés de Windows 11 tout de suite, la logique derrière la décision de Shadow est plutôt saine. Que vous utilisiez un ordinateur dématérialisé ou non, mettre à jour une machine compatible vers Windows 11 au premier jour de son officialisation peut se révéler contre-productif.

1,3 milliard de machines sous Windows 10

La raison derrière cela est simple. L’OS de Microsoft équipe beaucoup de machines à travers le monde. Aux dernières nouvelles, Windows 10 serait installé sur 1,3 milliard d’ordinateurs. Toutes ces machines ne partagent pas la même fiche technique, ne sont pas équipées du même processeur, ne font pas tourner les mêmes logiciels… Dans ces conditions, il est très difficile de s’assurer — même après des mois de tests — que Windows 11 tournera parfaitement bien partout. Malgré les restrictions appliquées par Microsoft.

Windows 10
Windows 10 est installé sur 1,3 milliard de machines à travers le monde // Source : Project IDEA

Contrairement aux ordinateurs Apple, les caractéristiques techniques du parc de machine Windows sont très variées. Déployer une mise à jour majeure sur des configurations si différentes est une gageure pour Microsoft. C’est pour cela que l’entreprise se donne le temps pour faire les choses bien, avec un déploiement prévu sur plusieurs mois.

En optant pour une approche par vague, Microsoft peut corriger au fur et à mesure les bugs et autres instabilités qui ne manqueront pas de se manifester.

Patientez avant la mise à jour

Faire partie des tout premiers à mettre son ordinateur à jour vers Windows 11, c’est donc s’exposer à de potentiels bugs. Si vous attendez que la mise à jour vous soit proposée naturellement, il y a des chances pour que Microsoft ait eu le temps de chasser du système les soucis les plus gênants. Pour le dire autrement, si vous ne voulez pas essuyer les plâtres, soyez patients.

Ce problème n’est pas propre à Microsoft. Les mêmes précautions sont prises par Google lorsque l’entreprise sort une mise à jour majeure d’Android. Déployer la nouvelle version d’un système d’exploitation sur des milliards de machines n’est jamais anodin.

L’idée n’est évidemment pas de refuser les mises à jour par principe (elles sont importantes, ne serait-ce que pour des questions de sécurité), mais de faire preuve d’un peu de patience, plutôt que d’être emporté par l’attrait de la nouveauté. Windows 10 est de toute façon supporté jusqu’en 2025, d’ici là vous aurez probablement reçu la mise à jour.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo