Le milliardaire continue de parler de cryptomonnaies quasi quotidiennement. Après avoir contribué à provoquer une sacrée chute du cours du bitcoin, il retourne à sa plus récente obsession, le Dogecoin, dont la valeur n'arrête pas de vaciller.

Elon Musk possède bien des Dogecoins : il l’a confirmé dans un tweet envoyé le 20 mai 2021, dans lequel il a précisé qu’il n’en avait «  jamais vendu » et qu’il «  n’en vendrait jamais ». Le patron de Tesla et SpaceX, répondait à un journaliste qui assurait être persuadé qu’Elon Musk ne «  vendrait jamais ses Dogecoins ». Mais peut-on vraiment croire sur parole le milliardaire, capable de faire fluctuer le cours des cryptomonnaies en un seul gazouillis, et dont l’entreprise Tesla a réalisé de très gros investissements en bitcoins récemment ?

Le Dogecoin est constamment mis en avant

Cela fait des mois que Musk est obsédé par le Dogecoin. Comme on vous l’expliquait en détail dans cet autre article, il s’agit d’une cryptomonnaie dont l’esthétique du logo est inspirée d’un mème célèbre. La prépondérance de ce fameux Shiba Inu est toutefois purement esthétique : il s’agit juste d’une manière de démarquer cette monnaie virtuelle des autres. Comme toutes les cryptomonnaies, le Dogecoin ne repose pas sur une autorité centrale, c’est une monnaie émise en ligne, de « pair à pair », sur un modèle open-source.

Pendant des années, le Dogecoin ne valait quasiment rien : un million de Dogecoin équivalaient à 50 dollars en 2013. Actuellement, le cours de la monnaie virtuelle oscille entre 0,2 et 0,6 dollar, et cette hausse est en grande partie provoquée par les projecteurs qu’Elon Musk braque sur elle, régulièrement depuis 2019.

Le cours du Dogecoin qui stagnait depuis 2014 // Source : coinmarketcap

Le Dogecoin est une cryptomonnaie volatile

Désormais, il n’y a plus de doute qu’une simple phrase d’Elon Musk peut avoir des effets très importants sur le cours du Dogecoin. Par exemple, lorsqu’il était passé dans l’émission Saturday Night Live le 8 mai dernier, une seule blague dans un sketch (« le Dogecoin est une arnaque ») avait suffi pour faire passer le Dogecoin de 70 cents à 48 cents, une énorme chute.

Depuis, le cours peine à se relever, et enchaîne les hausses et les baisses. Il faut dire que le Dogecoin est une monnaie virtuelle qui est très volatile : cela signifie que sa valeur peut varier brusquement. Il faut dire que de base, les cryptomonnaies sont déjà considérées comme moins stables, car elles ne sont fondées que sur du virtuel — c’est d’ailleurs pour cela que 3 grandes institutions bancaires chinoises ont incité, le 19 mai, les autres banques et établissements chinois à ne plus accepter les paiements en crypto, assurant qu’elles n’étaient « soutenues par aucune valeur réelle  ». Après cette annonce, le bitcoin (probablement la plus célèbre des cryptomonnaies) s’est écroulé.

Cependant, le Dogecoin fait partie de ces monnaies virtuelles particulièrement volatiles, qui peuvent prendre ou baisser de 25 % en à peine quelques heures. La moindre déclaration d’Elon Musk sur le sujet a donc une influence directe sur les gains et pertes potentielles pour les investisseurs. Depuis des mois, le milliardaire enchaîne les messages positifs sur cette cryptomonnaie, comme s’il tentait de rassurer un marché qui reste frileux sur ce dérivé du bitcoin — et vu qu’Elon Musk possède des Dogecoins, plus la monnaie prend de la valeur, plus il s’enrichit.

Elon Musk promet de ne pas vendre ses Dogecoins // Source : Twitter/Elon Musk

L’incertitude de Tesla et ses bitcoins

Pour rassurer les investisseurs et les pousser à eux aussi acheter des Dogecoins, Musk a donc tout intérêt à souligner qu’il ne compte pas vendre les siens. Si une personnalité aussi forte que lui décidait de tout balancer, le signal serait en effet catastrophique. Le problème est que les observateurs et experts ont du mal à savoir à quel point il est possible de faire confiance au milliardaire et à ce qu’il promet.

C’est notamment le cas depuis que Tesla a effectué un gros revirement qui perturbe encore actuellement le marché des cryptomonnaies. Alors que le constructeur avait investi pour 1,5 milliard de dollars en bitcoin en janvier 2021, il a finalement annoncé quatre mois plus tard qu’il n’accepterait plus les paiements avec cette devise, car la création de cette cryptomonnaie est très polluante. Il est pourtant difficile de croire que Musk et Tesla aient découvert il y a seulement quelques mois que le bitcoin est une des cryptos qui ont un « coût environnemental » très élevé ; il semble évident qu’il y a, derrière, un besoin de garder une image d’entreprise « verte » qui ne contribue pas à empirer le changement climatique.

Désormais, le doute plane : Tesla va-t-il garder ou vendre ses bitcoins ? Alors que la firme a promis qu’elle ne se débarrasserait pas de ses actifs (ce qui enverrait un signal négatif au marché, et risque d’entrainer une chute de la valeur du bitcoin), Elon Musk, lui, continue de semer le doute sur Twitter. Est-il alors possible, dans ces conditions, de croire sa parole sur le Dogecoin ?

Un mème de Doge qui ne sait pas vraiment s’il peut faire confiance à Elon Musk ou pas

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo