Alors que Nintendo vient de signer une excellente année grâce à des ventes de Switch boostées par les confinements mondiaux, les 12 prochains mois s’annoncent plus difficiles. La pénurie de semi-conducteurs pourrait bien compliquer la commercialisation d’une « Switch Pro » attendue.

Apple, Samsung, Foxconn et maintenant Nintendo : la pénurie de semi-conducteurs semble toucher toute l’industrie high-tech. Lors de la présentation de ses résultats financiers le 6 mai 2021, Nintendo a annoncé que les ventes de Nintendo Switch pourraient être ralenties par des problématiques logistiques.

Selon Nintendo, la production de sa console star « pourrait être affectée par des obstacles à l’approvisionnement en pièces, notamment l’augmentation de la demande mondiale de semi-conducteurs ». Résultat, l’entreprise prévoit une baisse de 12 % de ses ventes pour l’année fiscale qui commence alors que la console vient de signer des ventes record, boostées par les confinements mondiaux.

Une Nintendo Switch // Source : YouTube

Nintendo n’est pas le seul vendeur de consoles à anticiper des soucis pour l’année qui vient. Fin avril, Sony expliquait que les ventes de PS5 étaient ralenties par la pénurie actuelle et que les difficultés d’approvisionnement « continueraient pour l’année fiscale en cours ». Mais le cas de Nintendo est préoccupant alors que la sortie d’une Switch Pro semble se profiler dans les prochains mois.

Une Switch Pro qui pourrait se faire attendre

Objet de rumeurs depuis plus d’un an, la version revue et corrigée de la Nintendo Switch qui intégrerait cette fois un écran Oled et le support de la 4K tarde à sortir et la pénurie ne risque pas d’améliorer la situation. Microsoft comme Sony ne parviennent déjà pas à produire assez de consoles alors que leurs dernières machines sont sorties il y a plusieurs mois. Inaugurer de nouvelles lignes de production pour une éventuelle Switch Pro en pleine période de disette des semi-conducteurs semble très ambitieux.

En plus de ça, Nintendo s’attend à un bénéfice net en baisse de 29 % pour l’année fiscale 2021 – 2022 et des ventes de jeu en baisse de 18 %, nous apprend le Financial Times. Des chiffres qui semblent difficilement compatibles avec la sortie d’une nouvelle console à moins que Nintendo prenne de gros risques.

Selon les déclarations de Sony, la pénurie de semi-conducteurs pourrait encore durer un an. Nintendo pourra-t-il encore attendre de longs mois avant de sortir une nouvelle console alors que déjà en janvier 2020 la pression s’accentuait sur la firme japonaise ?

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo