SwitchBot, qui se fait progressivement une place dans l’univers de la maison connectée, vient de lancer le Curtain 3, un petit objet à accrocher sur la tringle de ses rideaux pour les ouvrir automatiquement, avec un bouton, son smartphone ou la voix. Est-ce vraiment utile ?

Si vous ne connaissez pas SwitchBot, il s’agit d’une des marques de maison connectée les plus amusantes du secteur. Sa principale caractéristique est de proposer des produits domotiques abordables, en faisant preuve d’une ingéniosité extrême pour baisser les coûts. Pourquoi remplacer un vieil interrupteur par un interrupteur connecté quand on peut scotcher un petit bras mécanique sur son mur, pour qu’il se charge d’appuyer sur le bouton à notre place ? Le SwicthBot Bot, qui est très abordable (moins de 30 euros), permet de connecter tout et n’importe quoi. C’est de loin son produit le plus connu, celui qui lui a permis de se faire une petite réputation. Depuis, SwitchBot a lancé des capteurs de température, des ampoules, des caméras, des serrures connectées (enfin, des objets qui tournent votre clé à votre place), des aspirateurs et… des appareils pour ouvrir/fermer les rideaux.

En août 2023, SwitchBot a dévoilé la troisième édition de son « Curtain », qui se place sur la tringle d’un rideau pour l’ouvrir ou le fermer. Un produit très simple à configurer, qui s’attaque à un problème qui n’en a jamais vraiment été un. Pourtant, on finit par s’y faire.

Le SwitchBot Curtain 3 est vraiment silencieux

Comme tous les produits SwitchBot, le Curtain 3 fonctionne grâce au Bluetooth. Une technologie inadaptée au contrôle à distance, mais qui a pour principal avantage d’être économe en énergie. Le Curtain 3 dispose d’une autonomie de plusieurs mois, se recharge en USB-C et peut être relié à un panneau solaire à coller à l’arrière de ses rideaux, pour ne jamais tomber en panne. Son seul défaut est d’être livré à l’unité, ce qui veut dire qu’il faut en acheter deux si vous avez un rideau sur chaque côté de la fenêtre (environ 75 euros par exemplaire).

Voilà à quoi ressemble le SwitchBot Curtain 3 derrière un rideau.
Voilà à quoi ressemble le SwitchBot Curtain 3 derrière un rideau. // Source : Numerama

La première configuration se passe dans l’application SwitchBot, qui ressemble à toutes les autres applications développées par des entreprises chinoises de domotique. On associe l’objet une première fois, on monte sur un escabeau pour l’accrocher sur la tringle, à l’extrémité du rideau (du côté non visible, en tirant sur les accroches) et on lance la calibration. Le rideau va se fermer, s’ouvrir, se fermer, etc. À la fin, si tout s’est bien passé, il sera capable de passer de la position 0 % à 100 %, avec des entre deux, dès que vous lui demanderez. Si votre rideau est trop lourd, vous pouvez aussi utiliser les accessoires dans la boîte pour éviter qu’il ne se perde sur la tringle. De notre côté, nous nous sommes contentés de le poser.

En seulement 10 minutes, nous avons donc connecté nos rideaux. L’application SwitchBot permet, grâce au Bluetooth, de les contrôler. Tandis que SwitchBot vend aussi des petits interrupteurs Bluetooth à accrocher au mur ou à côté de son lit, pour contrôler les rideaux facilement.

La configuration du SwitchBot dans l'application officielle à gauche, son contrôle dans Apple Home à droite.
La configuration du SwitchBot dans l’application officielle à gauche, son contrôle dans Apple Home à droite. // Source : Numerama

La principale qualité du SwitchBot Curtain 3 est qu’il ne fait quasiment pas de bruit, alors que la précédente génération était très bruyante (SwitchBot revendique moins de 25 dB, la réalité est sans-doute légèrement au-dessus, mais ce n’est pas suffisant pour réveiller en pleine nuit). Les rideaux avancent lentement, mais l’on entend juste un petit soufflement de moteur, alors qu’il s’agissait plus d’un rugissement auparavant . SwitchBot commercialise trois modèles différents, en fonction du type de tringles. Dans notre cas, nous avons un très classique « Rod ».

Les trois types de tringles supportées par SwitchBot.
Les trois types de tringles supportées par SwitchBot. // Source : SwitchBot

Matter, pour ouvrir ses rideaux avec Siri, Google et Alexa

Comme indiqué plus haut, le SwitchBot Curtain 3 est un appareil Bluetooth, ce qui limite son intérêt.

Cependant, comme SwitchBot est une marque ingénieuse, elle a trouvé un moyen de le rendre compatible avec les différents assistants vocaux du marché. Son idée est assez simple : proposer un pont de connexion qui se connecte au Wi-Fi et qui convertit vos commandes envoyées par Internet en instructions Bluetooth. C’est redoutable d’ingéniosité et cela permet au SwitchBot Curtain 3 de devenir bien plus polyvalent. Deux ponts sont proposés par la marque :

  • Le SwitchBot Hub Mini à 35 euros, qui ajoute le support de Google Assistant et Amazon Alexa.
  • Le SwitchBot Hub 2 à 80 euros, qui ajoute le support de Matter (Apple HomeKit avec Siri, Google Assistant et Amazon Alexa). Il intègre aussi un capteur de température et d’humidité, ainsi qu’une télécommande infrarouge.
Le Hub 2 a un joli design, mais on peut toujours désactiver son écran et le cacher dans un placard.
Le Hub 2 a un joli design, mais on peut toujours désactiver son écran et le cacher dans un placard. // Source : SwitchBot

Grâce à ces appareils, que l’on peut connecter au port USB de sa box Internet pour ne pas occuper bêtement une prise, le robot de SwitchBot peut répondre à la commande « Dis Siri, ouvre les rideaux de la chambre à 50 % ». On passe d’un produit accessoire à un vrai appareil intégré à sa maison connectée.

Contrôler ses rideaux avec la voix est pratique : on vous le jure

Nous voilà arrivés à la question la plus importante : est-ce vraiment utile de connecter des rideaux ? Votre inconscient imagine probablement que le seul intérêt du robot de SwitchBot est de ne pas avoir à effectuer le geste soi-même, ce qui peut paraître ridicule. Fermer des rideaux manuellement n’a jamais été une perte de temps.

En réalité, le SwitchBot Curtain 3 trouve d’autres intérêts ailleurs. Par exemple, lorsque le réveil de l’auteur de ce test sonne le matin, les rideaux (SwitchBot) et les volets (Somfy) s’ouvrent de 15 %, pour ajouter de la lumière naturelle dans la pièce. Quand on regarde un film au lit le soir avant de dormir, on peut aussi demander à Siri de tout fermer, pour ne pas avoir à se lever. Dernier exemple bien pratique, tout fermer en partant. Grâce à Apple HomeKit, un seul interrupteur collé à côté de la porte d’entrée permet d’éteindre toutes les lumières de la maison, de couper la musique et de fermer les rideaux et les volets. Le Curtain 3 automatise tout ça, ce qui peut être encore plus pratique quand on a une grande maison.

Où acheter le SwitchBot Curtain 3 ?

Pour acquérir un SwitchBot Curtain 3, le mieux est de passer par Amazon. Le prix officiel est de 89 euros par robot, mais il y a souvent des promos (76 euros au moment de l’écriture de cet article).

SwitchBot, que Numerama a contacté pour avoir des renseignements sur le produit, a aussi proposé de lui-même un code de réduction de 10 % pour les lecteurs de Numerama : YC10NUME. Il est valable jusqu’au 30 novembre, alors autant s’en servir si vous voulez vous amuser. Pensez aussi au hub pour rendre le Curtain 3 plus polyvalent.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.