Twitter fait de TweetDeck une fonctionnalité de Twitter Blue. Pour utiliser le logiciel, il va falloir payer.

C’est le crépuscule de la gratuité pour TweetDeck. Début août, celles et ceux qui souhaiteraient encore utiliser cette application pour accéder à Twitter devront payer. C’est ce qu’a annoncé le compte officiel dédié au support du réseau social, dans un message partagé le 4 juillet 2023. Cette décision vient en parallèle de la sortie d’une nouvelle version de TweetDeck.

TweetDeck devient une extension de Twitter Blue

« Dans 30 jours, les utilisateurs devront être vérifiés pour accéder à TweetDeck », lit-on dans le message de Twitter Support. Dans l’écosystème du réseau social, « être vérifié » signifie prendre la certification payante de la plateforme. Cela débloque le badge bleu à côté du pseudonyme et donne droit à plusieurs fonctionnalités — l’offre est appelée Twitter Blue.

TweetDeck est la seule application périphérique qui a échappé à la répression ayant visé toutes les applis alternatives. Un salut que le logiciel doit à son rachat par le réseau social, en 2011. Une acquisition à l’époque remarquée, mais qui n’a pas donné lieu à un plan d’action particulier pour le programme. Au milieu des années 2010, TweetDeck semblait à l’abandon.

L'abonnement à Twitter Blue donnera notamment accès au badge bleu. // Source : Canva
L’abonnement à Twitter Blue donne notamment accès au badge bleu. // Source : Canva

TweetDeck s’adresse plutôt aux gestionnaires de communautés (ou community managers, dans le jargon) ainsi qu’aux internautes les plus aguerris du réseau social même si n’importe qui peut s’en servir. Son interface comme ses options visent un usage professionnel, avec la possibilité de suivre d’un coup d’œil plusieurs flux, présentés sous la forme de colonnes.

Le passage de TweetDeck à un schéma payant s’inscrit dans une réorientation voulue par Elon Musk, depuis qu’il a mis la main sur Twitter en 2022. Le fait est néanmoins que les décisions prises par l’entrepreneur malmènent visiblement le bon fonctionnement et la notoriété du réseau social. Le site en est à un point où il devient moins utilisable qu’avant.

Source : Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !