Propriétaire de Twitter depuis le 27 octobre, Elon Musk est de plus en plus controversé. Les polémiques s’enchaînent, sans que le milliardaire ne fasse rien pour calmer le jeu.

Depuis qu’Elon Musk a annoncé son intention de racheter Twitter, tout le monde avertit l’homme d’affaires des risques que représente la gestion d’un réseau social. Habitué à toucher au domaine du spectaculaire avec Tesla et le SpaceX, le milliardaire a décidé de jouer avec le feu en s’attaquant à l’une des zones les moins régulées d’Internet, généralement accusée par tous les camps de tous les maux du monde. Malgré cela, Elon Musk est bel et bien allé au bout du rachat de Twitter le 27 octobre (après avoir tenté de se retirer pendant plusieurs mois, certes).

Comment se sont passés les premiers jours de l’ère 2 de Twitter ? Les plus optimistes pouvaient imaginer qu’Elon Musk calmerait le jeu en déléguant, mais le milliardaire semble être en mission destruction. Même dans les pires scénarios, pas grand monde n’aurait imaginé Elon Musk créer autant de chaos. En un week-end (du 4 au 7 novembre), il s’est passé plus de choses chez Twitter qu’en plusieurs mois habituellement.

Elon Musk découvre l’enfer qu’est Twitter

Dès les premiers jours de son rachat, Elon Musk a annoncé la couleur. En licenciant toute la direction du réseau social et en se nommant à la tête de l’entreprise, Elon Musk a voulu faire comprendre qu’il était désormais seul aux commandes. Il s’est alors mis à interroger ses fans sur ce qu’il fallait faire en premier, en soumettant plusieurs idées loufoques comme la séparation de Twitter en deux (version de droite et version de gauche), la fin de la limite de 280 caractères, le retour de Vine ou la création d’une commission à la modération, un peu comme Facebook, composée de personnes avec des opinions diverses (y compris extrêmes, comme il l’a promis à des militants).

Ces premières initiatives pouvaient sembler confuses, mais elles n’étaient qu’un apéritif avant le début du vrai chaos. Le 1er novembre, Elon Musk a annoncé son intention de faire payer les utilisateurs Twitter 8 dollars par mois, en échange d’une certification et d’une meilleure mise en avant par l’algorithme. Son idée est simple : il faudra payer pour être vu sur Twitter, au risque d’être invisibilisé par l’algorithme. Cette décision lui a évidemment valu de nombreuses critiques, certains lui reprochant de vendre un badge qui sert normalement à vérifier la crédibilité d’une information. Elon Musk répond généralement par la provocation, au lieu de tenter de dialoguer.

Malheureusement, le débat sur la fin de la gratuité de Twitter n’est pas la seule chose à poser problème en ce moment. Elon Musk semble être rentré dans une spirale infernale et provoque du désordre partout où il passe.

Licenciements, annonceurs, usurpations d’identité, exclusions définitives et critique du journalisme… le week-end fou d’Elon Musk

Les jours passent et Elon Musk semble de plus en plus dévoré par Twitter, que l’on a toujours su maudit. Il suffit de voir tout ce qu’il s’est passé du 4 au 7 novembre (et encore, on en oublie sans doute) pour comprendre l’ampleur de l’enfer d’Elon Musk :

  • Elon Musk a licencié 50 % des effectifs de Twitter par mail, après avoir désactivé tous les badges des employés par mesure de sécurité.
  • Certains des employés virés ont été rappelés, puisqu’Elon Musk s’est rendu compte qu’il avait besoin d’eux pour des fonctions qu’il venait juste d’annoncer (comme les tweets plus longs).
  • Elon Musk s’est plaint d’une baisse importante des revenus de Twitter depuis son arrivée, puisque les annonceurs céderaient à la pression des « activistes ».
  • Elon Musk a refusé de s’excuser après avoir publié une théorie complotiste venant d’un site connu pour son manque de fiabilité.
  • Il a aussi répondu par la moquerie, la provocation ou le blocage à toutes les personnes qui lui ont suggéré de se remettre en question.
Pendant quelques heures, Twitter n'a mis en avant que les comptes certifiés. // Source : Numerama
Pendant quelques heures, Twitter n’a mis en avant que les comptes certifiés. // Source : Numerama
  • L’identité d’Elon Musk a été usurpée par plein de comptes certifiés, qui voulaient lui prouver qu’un badge avait une signification.
  • Elon Musk s’est moqué de la comédienne Sarah Silverman, qui n’aurait pas seulement usurpé son nom mais aussi son métier (il avait pourtant promis que « la comédie était maintenant légale sur Twitter »).
  • Elon Musk a bloqué beaucoup de comptes de détracteurs ainsi que de personnes qui tentaient de discuter avec lui.
  • Elon Musk a annoncé un changement de politique. Tout compte qui change de nom sera définitivement banni de Twitter, alors qu’il était averti auparavant…
  • Toujours à cause de l’usurpation d’identité, Elon Musk est rentré dans un débat sur la certification. Il s’en est pris aux journalistes en indiquant qu’il pensait que Twitter pouvait être la meilleure source d’information du monde grâce à ses utilisateurs certifiés, en remettant en question la légitimité des médias.
  • Elon Musk s’est aussi disputé avec Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, qui lui a demandé sur quel référentiel il s’appuyait pour déclarer que Twitter devait devenir la meilleure source d’information du monde.
  • Dorsey et Musk se sont aussi disputés sur le nom de la fonction « Community Notes », qui permet aux utilisateurs de faire du fack-checking entre eux. Jack Dorsey préfère l’ancien nom, « Birdwatch ».

On oublie probablement d’autres polémiques, puisqu’Elon Musk ne cesse de répondre au compte-goutte à des internautes qui lui demandent de régler des problèmes personnels ou politiques. Twitter semble complètement le dépasser, alors que les changements promis n’ont toujours pas eu lieu…

Et cet enfer ne fait probablement que commencer.