Une des premières actions d’Elon Musk est de s’adresser à la question de la modération. En plus de créer un conseil dédié aux « différents points de vue », le nouveau patron de Twitter s’interroge sur la pertinence de scinder Twitter.

En se connectant à Twitter dans quelques mois, pourra-t-on choisir entre une version gentille, une version de droite et une version de gauche du réseau social ? À en croire certains des derniers tweets d’Elon Musk, le propriétaire de l’entreprise depuis le 27 octobre, cette possibilité existe. Le milliardaire a évoqué cette idée à deux reprises dans des réponses à des tweets.

Le conseil de la modération d’Elon Musk

Comment en est-on déjà arrivé là ? Tout part d’un tweet d’Elon Musk sur sa stratégie pour Twitter. Pour rassurer celles et ceux qui pensent qu’il dispose des pleins pouvoirs (ce qu’il a en réalité, puisque Twitter est son entreprise privée), le patron de Tesla et de SpaceX a annoncé la création d’un « conseil de la modération de contenus avec des points de vue très variés ». Ce conseil sera en charge des décisions importantes, comme celles sur la réactivation des comptes suspendus (Donald Trump au hasard) et décidera de ce que l’on a droit de dire et de ne pas dire sur Twitter. Cette proposition peut rappeler la « Cour suprême » de Facebook, elle aussi nommée pour prendre des décisions difficiles.

Bientôt un Twitter normal et un Twitter sans modération ?

Cette comparaison avec la Cour suprême de Facebook, qui a souvent montré ses limites, a rapidement été faite sur les réseaux sociaux. Un utilisateur a fait remarquer à Elon Musk que la gauche et la droite continuaient de critiquer l’entreprise de Mark Zuckerberg, ce qui est bien la preuve qu’un tel dispositif n’apaise pas les tensions.

Elon Musk a donc proposé d’aller plus loin en laissant aux utilisateurs la possibilité de choisir le Twitter qu’ils souhaitent voir, à l’image de l’interdiction de certains films pour les plus jeunes. Il aimerait laisser aux utilisateurs la possibilité de déclarer leurs opinions, avec un filtre pour que tout le monde ne les voie pas (et un système de vote pourrait permettre de signaler un tweet comme trop de droite, pour le cacher des gens qui n’en veulent pas). Une telle décision renforcerait le phénomène de bulles sociales, mais ce n’est pas un point que semble prendre en compte Elon Musk.

Plus tôt, Elon Musk avait aussi approuvé la proposition d’un chercheur qui lui suggérait de créer plusieurs « modes de jeu » pour Twitter. Une version se limiterait aux comptes vérifiés, une autre aux anonymes sans modération tandis que le Twitter actuel, modéré, pourrait continuer d’exister pour celles et ceux qui le souhaitent. L’idée est simple : ne pas appliquer une seule règle de modération pour tous les tweets, pour laisser aux gens dire des horreurs aux personnes qui souhaitent lire des horreurs (encore faut-il que cela rentre dans le cas de la loi).

Elon Musk assure déjà le service après-vente

Plus légèrement, certains s’amuseront de constater qu’Elon Musk applique déjà à Twitter le traitement qu’il réserve habituellement à ses autres entreprises, à savoir répondre lui-même aux personnes qui se plaignent. Quelqu’un a fait savoir que son compte avait été suspendu pour de mauvaises raisons, le milliardaire s’est excusé en tant que patron de Twitter et a promis qu’il allait s’en occuper. Aura-t-il le temps de répondre aux plaintes des utilisateurs, en plus de celles des conducteurs de Tesla ? On lui souhaite bon courage.