La mission Mars 2020 a quitté la Terre le 30 juillet 2020. Dans un peu plus de six mois, le rover Persévérance se posera sur la planète rouge. Ce sera alors le début d'une aventure longue de dix ans.

Ça y est : Mars 2020 a quitté la Terre, avec à son bord l’astromobile Persévérance et le drone hélicoptère Ingenuity. Ce n’est pourtant que le tout début de l’aventure. Car si le décollage de la fusée Atlas V s’est déroulé sans accroc, tout reste encore à faire, ou presque, à commencer par rallier la planète rouge. Ce n’est qu’à ce moment-là que la mission pourra vraiment débuter.

Mars 2020 est en fait une mission qui durera une bonne décennie, puisque les toutes dernières opérations doivent s’achever aux débuts de la décennie 2030. Tout au long de ces dix prochaines années, plusieurs étapes importantes seront franchies par la Nasa et son partenaire européen, l’ESA. Voici, présentées de manière synthétique, les grandes dates à retenir :

18 février 2021

Sans doute le moment le plus critique de la mission. C’est à cette date que doit avoir lieu l’atterrissage de Persévérance et d’Ingeniuty sur Mars, après un peu plus de six mois de voyage dans l’espace. La mission se posera dans le cratère Jezero, qui présente un profil géologique prometteur pour la recherche de traces d’une vie passée. En effet, il accueillait un profond lac à la surface il y a des milliards d’années.

Vue d’artiste de Persévérance sur Mars. // Source : NASA/JPL-Caltech

2021-2023

Il est prévu que Persévérance soit opérationnel pendant au moins une année martienne, ce qui correspond à près de 687 jours terrestres — soit un peu plus d’un an et dix mois. C’est la durée qui est prévue pour la mission primaire de Persévérance. Bien sûr, l’on s’attend à ce que la Nasa prolonge son utilisation de plusieurs années, à l’image des autres rovers, comme Spirit, Curiosity et Opportunity.

2026

En prévision du rapatriement d’échantillons martiens sur Terre, deux missions doivent partir cette année à quelques semaines d’intervalle à peine : le Sample Retrieval Lander (SRL), qui relève de la responsabilité de la Nasa, et l’Earth Return Orbiter (ERO), sous l’égide de l’Agence spatiale européenne. Le premier doit s’occuper des déplacements d’échantillons sur place. C’est l’ERO, construit par Airbus, qui ramènera les prélèvements sur Terre.

SRL rover
Le rover devra se rapprocher de l’atterrisseur pour opérer le transfert des échantillons. // Source : NASA/JPL-Caltech

2027

Après plusieurs mois de voyage dans l’espace, l’ERO se positionne en orbite autour de Mars. Une fois en place, elle réduit progressivement son altitude pour se positionner à une altitude basse, afin de servir à la fois de relais de communication pour Persévérance et en prévision de la récupération future des échantillons, qui seront expédiés dans une mini fusée tirée depuis la surface de Mars.

2028-2029

En 2028, l’ERO aura terminé ses manœuvres orbitales. De son côté, le SRL achèvera son voyage et déposera à la surface un atterrisseur équipé de la fameuse mini fusée. Une fois au sol, Persévérance se rapprochera pour lui confier ses échantillons. Cette phase au sol doit s’étendre jusqu’en 2029. Ensuite, la mini fusée, appelée MAV (Mars Ascent Vehicle),  doit être tirée et récupérée par l’ERO.

L’atterrisseur SRL, qui servira aussi de base de lancement pour le décollage du MAV. // Source : NASA/JPL-Caltech

2030

Une fois la cargaison bien récupérée et scellée, l’ERO procède à un désorbitage progressif de Mars en regagnant progressivement de la hauteur — au moyen de sa propulsion ionique, qui aura également été enclenchée lors du survol à basse altitude. Une fois l’engin arraché à l’attraction gravitationnelle de Mars, il mettra le cap vers la Terre. Le voyage durera là aussi plusieurs mois.

2031

Au cours du second semestre, l’ERO effectuera un survol de la planète bleue pour larguer le conteneur dans lequel figurent les échantillons martiens. Afin de prévenir tout risque de contamination éventuelle, l’atterrissage du caisson se fera de façon contrôlée pour ne pas l’endommager. Les échantillons seront ensuite transportés dans un laboratoire adapté pour les analyser.

MAV caisson
Le MAV, à gauche, larguera le caisson une fois en altitude. L’ERO n’aura plus qu’à le récupérer pour ensuite le ramener sur Terre. L’opération de rendez-vous spatiale sera délicate. // Source : NASA/JPL-Caltech

Crédit photo de la une : NASA

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo