Notre lune s'appelle « la Lune ». Pourquoi n'a-t-elle pas de nom, à l'instar d'Europe ou Io, des satellites de Jupiter ? Pendant longtemps, l'humanité ignorait tout simplement qu'il en existait d'autres.

Lorsque de nouvelles lunes ont été découvertes autour de Jupiter, la question de les nommer s’est rapidement posée. Europe, Io, Ganymède, Callisto… les satellites naturels de la géante gazeuse ont tous un nom. Et notre lune à nous, alors ? Nous l’appelons simplement « la Lune ». Pourquoi ?

Commençons par l’étymologie du mot lune, luna en latin (ce qui donne plena luna pour la pleine lune). « La lune a une racine indo-européenne, nous éclaire Michel Capderou maître de conférences à l’université Pierre et Marie Curie et chercheur au Laboratoire de météorologie dynamique à l’École Polytechnique. Dans la racine du mot, il y a la notion de lumière. » En latin, lucere, dont luna serait dérivé, se rapporte à la brillance et la lumière. Le mot anglais « moon » trouve aussi son étymologie dans le mot mensis, signifiant « mois » en latin.

La Lune. // Source : Pexels (photo recadrée)

Que nous apprend cette étymologie ? Elle montre que la Lune n’était pas définie comme un satellite… puisqu’à l’époque les astronomes ignoraient que d’autres lunes existaient. Il ne semblait donc pas nécessaire de différencier notre lune en lui donnant un nom plus spécifique.

Tout change avec Galilée

Après plusieurs siècles, cela change. En 1610, Galilée découvre quatre satellites autour de Jupiter (les plus grands). Avant cela, il avait pointé son télescope vers notre lune et compris qu’elle n’était pas une sphère lisse, ainsi qu’on le pensait, mais un astre avec des montagnes et des cratères, comme la Terre.

La Lune n’a pas d’autre nom. // Source : Pxhere/CC0 Domaine public (photo recadrée)

« Il a fallu attendre la fin de la Renaissance pour prendre conscience que la Terre était une planète et qu’elle n’était qu’un objet dans l’univers, pour comprendre que c’était également le cas de la Lune, qu’elle n’était pas si unique », poursuit Michel Capderou.

Les autres lunes nommées pour éviter la confusion

En découvrant que c’est la Terre qui tourne autour du Soleil (et pas l’inverse), Galilée a aussi changé la perception que l’humanité avait de son satellite. Avant, les humains ne pouvaient pas soupçonner qu’il existait d’autres lunes. Celles qui ont été découvertes en orbite autour des autres astres ont été nommées, pour éviter toute confusion avec le satellite naturel de la Terre.

Encore aujourd’hui, la Lune ne cesse de fasciner les astronomes professionnels et amateurs. Illusion d’optique, étranges « coups de soleil » ou « super lunes » sont quelques uns de ses nombreux phénomènes intrigants.

Crédit photo de la une : Pexels (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux