L'agence spatiale japonaise prévoit de procéder à un récupération d'échantillons sur l'astéroïde Ryugu le 22 février.

Depuis sa mise en orbite autour de l’astéroïde Ryugyu, la sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 n’a pas chômé : outre les observations effectuées à bonne distance, elle a largué à la surface trois engins : deux astromobiles japonais, les rovers MINERVA-II, ainsi qu’un atterrisseur franco-allemand, Mascot. Mais en réalité, Hayabusa 2 n’a pas encore attaqué le gros morceau de sa mission.

L’objectif fondamental de la sonde consiste en effet à ramener des échantillons sur Terre.  Or, cela ne peut se faire qu’au prix d’une manœuvre délicate, à savoir un posé-décollé à la surface de Ryugu. L’engin devra être en contact avec le sol pour récupérer de la matière. Puis, il lui faudra repartir et repartir en direction de la planète Terre, dès qu’une trajectoire idéale aura été calculée.

On sait désormais à quelle date l’opération aura lieu : elle surviendra le 22 février. Hayabusa 2 commencera sa descente la veille et touchera terre le lendemain à 8 heures du matin, selon l’heure normale du Japon (minuit en France métropolitaine).

Le Japon sait faire

L’agence spatiale nipponne a une expertise en matière de recueil d’échantillons. Lors de la mission Hayabusa 1, qui s’est déroulée de 2003 à 2010, elle était déjà parvenue à ramener sur Terre quelques grammes du sol d’un autre astéroïde, Itokawa. Il avait toutefois fallu s’y prendre à deux reprises avec une première approche ratée. L’épopée d’Hayabusa avait pris fin dans une zone sécurisée de l’Australie.

Selon le planning pour l’année à venir, Hayabusa 2 continuera de rester en orbite autour de Ryugu jusqu’à l’automne, avec sa précieuse cargaison à bord. En décembre, elle mettra les voiles vers la Terre et devrait larguer son colis en décembre 2020. Là encore, le retour des échantillons sera organisé pour que la capsule atterrisse sur le sol australien, dans une zone bien dégagée.

Stuart_Highway_(near_Woomera)
C’est dans une zone désertique australienne que la capsule atterrira. // Source : Frans-Banja Mulder

Partager sur les réseaux sociaux