Pour la première fois dans l’Histoire, une femme se rendra autour de la Lune. Focus sur le parcours de l’astronaute de la Nasa Christina Koch, un nom amené à marquer l’histoire.

Depuis le 3 avril 2023, nous connaissons enfin le nom des quatre astronautes qui survoleront la Lune dans le cadre de la mission Artémis II. Sans surprise, c’est un équipage qui fait la part belle aux États-Unis, puisque sur les quatre astronautes, trois sont Américains.

Parmi eux, on retrouve Christina Koch. Un fait tout sauf banal, puisqu’elle va devenir la première femme à participer à une telle mission. Une petite révolution dans cet univers encore très masculin, mais qui pose les bases d’une nouvelle ère de la conquête spatiale, avec des femmes de plus en plus amenées à être au centre des projets. Et Christina Koch en est l’un des premiers symboles.

Christina Koch en 2018 // Source : Wikimedia/CC/Bill Stafford
Christina Koch en 2018. // Source : Wikimedia/CC/Bill Stafford

Christina Koch est née en 1979 dans le Michigan. Avant d’être astronaute, Christina Koch débute en 2002 en tant qu’ingénieure électricienne au centre spatial Goddard de la Nasa. Là-bas, elle contribue activement à la mise au point d’instruments scientifiques utilisés pour des missions spatiales. Un premier contact avec l’espace, avant un passage en Antarctique, où elle séjourne pendant un an en qualité d’ingénieure de recherche pour le United States Antarctic Program. C’est une expérience importante pour Christina Koch, qui y apprend les règles de survie dans un environnement hostile.

2013, le tournant pour Christina Koch

Après plusieurs autres expériences, où elle alterne entre l’ingénierie et le travail scientifique dans des milieux reculés, Christina Koch connait un virage important dans sa carrière, lorsqu’en 2013, elle est sélectionnée par la Nasa pour devenir une astronaute.

L’aboutissement d’un rêve pour Christina Koch, qui revenait en 2020 sur la chaine Youtube de la Nasa sur la naissance de sa vocation : « Je ne me souviens pas d’une époque où je n’ai pas voulu être astronaute… J’ai suivi mes passions et un jour, en regardant ce que je suis devenue et toutes les compétences que j’ai rassemblées, je me suis demandé si je pouvais m’asseoir à une table et me présenter en tant que personne qui pourrait l’être aussi. Et je me suis dit que je me devais d’essayer. »

Les premiers records de l’astronaute

Après une longue formation de 2013 à 2015, dans laquelle elle apprend le fonctionnement des systèmes de l’ISS, du pilotage d’avion ou encore des sorties extravéhiculaires, Christina Koch est choisie en 2018 pour sa première mission spatiale, à bord de l’ISS.

Christina Koch à bord de l'ISS // Source : Capture d'écran Numerama sur la chaine Youtube NASA Johnson
Christina Koch à bord de l’ISS. // Source : Capture d’écran Numerama sur la chaine YouTube NASA Johnson

Celle-ci débute le 14 mars 2019, lorsqu’elle s’envole à bord du Soyouz MS-12 avec le cosmonaute Alexey Ovchinin et l’astronaute Nick Hague. Peu de temps après son arrivée sur l’ISS, Christina Koch effectue avec Anne McClain la première sortie extra-véhiculaire 100 % féminine. La première d’une série de six sorties pour Christina Koch, qui va rester au total 42 heures et 15 minutes en dehors de l’ISS.

Cette première excursion à bord de l’ISS, qui s’achève par un retour sur Terre le 6 février 2020, est aussi l’occasion pour Christina Koch d’établir un nouveau record. En passant 328 jours, 13 heures et 58 minutes à bord de la Station spatiale internationale, elle devient la femme qui a réalisé le plus long vol spatial dans l’Histoire.

Cette histoire, Christina Koch va donc continuer à l’écrire, dès 2024 avec la mission Artémis II. Son rôle promet d’être important, puisqu’en plus d’être l’une des deux spécialistes de mission de l’équipage, elle sera aussi la plus expérimentée. « J’espère que je serai cette personne au sein du groupe qui est une vraie experte dans l’ingénierie, ce sera ainsi que je pourrai le plus contribuer », explique Christina Koch dans une vidéo de la Nasa présentant son rôle dans la mission Artémis II. Un rôle non négligeable, qui va lui permettre d’inspirer des millions de personnes dans le monde.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.