Pour permettre aux développeurs de toucher de plus amples revenus, Sony et Microsoft pourraient lancer leurs propres régies publicitaires.

Au troisième trimestre 2022, la publicité pourrait débarquer de manière officielle dans les jeux vidéo. S’il y en a toujours eu dans certains (on pense aux bords du terrain dans FIFA, au smartphone Sony dans Uncharted, à la bannière Nissan dans Quantum Break ou même à des fausses pubs dans GTA), cette pratique n’est pour l’instant pas très répandue et, surtout, dépend du bon vouloir des développeurs. Les pubs ne peuvent pas changer en temps réel ou cibler leurs utilisateurs, contrairement à ce que l’on trouve sur de nombreux jeux mobiles.

Selon les informations de Business Insider et Advertising Insider, parues entre le 15 et le 20 avril, tout cela pourrait bientôt changer. Microsoft et Sony, les entreprises derrière les consoles Xbox et PlayStation, souhaiteraient lancer des régies publicitaires.

Monétiser les jeux gratuits

A priori, ces régies seraient réservées aux jeux free-to-play, qui reposent aujourd’hui sur le modèle des contenus additionnels. Microsoft et Sony auraient la même idée, à savoir permettre à des annonceurs d’insérer leurs pubs discrètement dans leurs jeux (ou moins discrètement, lors d’un chargement par exemple) afin d’offrir aux développeurs une source de revenus supplémentaire. Microsoft aurait décidé de ne prélever aucune commission, tandis que Sony réfléchirait encore à la question.

Concrètement, à quoi cela ressemblerait-t-il ? Dans un jeu de course, on peut imaginer des panneaux au bord de la route avec des pubs qui changent. À l’ouverture d’un niveau, une vidéo de quelques secondes pourrait aussi être projetée. L’hypothèse d’offrir une récompense contre une pub regardée volontairement serait aussi sur la table, au moins chez Sony.

Quantum Break
Une publicité cachée dans Quantum Break. // Source : Remedy Entertainment

Pour l’instant, on ne sait pas si ces vidéos seront ciblées ou si Microsoft et Sony, dans un soucis de protection de la vie privée, viseront plus largement en se basant sur le profil type de l’utilisateur d’un jeu vidéo. La décision n’aurait pas encore été prise.

Un tel changement ne risque-t-il pas de provoquer une gigantesque polémique ? L’exemple le plus récent est celui d’UFC 4 d’EA, qui avait tenté d’insérer de la publicité avant d’y renoncer. Il y avait néanmoins une différence fondamentale : UFC 4 était payant. Si Microsoft et Sony commencent par les jeux gratuits, tout en permettant aux utilisateurs de débloquer du contenu en regardant des pubs, alors peut-être qu’ils feront l’unanimité.