Duo de remakes de jeux sortis sur Nintendo DS, Pokémon Diamant Étincelant et Pokémon Perle Scintillante sont un peu trop scolaires pour devenir des indispensables. À moins d'être un fan hardcore...

Au mois de février dernier, Pokémon Company a officialisé pas moins de trois nouveaux épisodes à l’occasion des 25 ans de la célèbre saga centrée sur la capture de bestioles. De quoi ravir les fans, qui pourront garnir leur collection avec Pokémon Diamant Étincelant (un remake), Pokémon Perle Scintillante (un autre remake) et, surtout, Légendes Pokémon : Arceus — l’épisode inédit qui s’annonce très ambitieux. Pour cette fin d’année, Pokémon Company propose donc une remise au goût du jour de la quatrième génération, parue à l’époque sur la Nintendo DS.

Aujourd’hui, c’est sur Nintendo Switch que Pokémon Diamant Étincelant et Pokémon Perle Scintillante peuvent s’épanouir — avec cette ambition de préserver l’expérience originale. Et il faut vraiment être très amoureux des Pokémon — et/ou très nostalgiques — pour se réjouir devant ces remakes qui n’offrent finalement pas grand-chose de plus. On attend beaucoup plus de Légendes Pokémon : Arceus, qui devrait bouleverser les codes d’une licence qui s’est trop longtemps contentée de faire du surplace.

Mignon, non ? // Source : Pokémon Company

Pokémon, c’est toujours la même rengaine

Je ne suis pas particulièrement fan de Pokémon. J’ai dévoré les versions Rouge et Bleu (et Jaune) quand j’étais au collègue — puisque c’était le phénomène du moment. J’ai depuis lâché l’affaire, constatant que les nouveaux épisodes se suivent et se ressemblent (à quelques nouveautés près). Aussi n’ai-je pas été très étonné de voir que Pokémon Diamant Étincelant et Pokémon Perle Scintillante s’appuie sur exactement les mêmes bases : sur l’île de Sinnoh, un jeune garçon ou une jeune fille doit devenir le meilleur dresseur après un événement malencontreux. S’en suit une quête qui lui fera affronter des maîtres pour récupérer des badges, tout en se débarrassant de méchants toujours aussi ridicules (la team Galaxie). Sans oublier les mystères qui entourent les créatures légendaires… Bref, c’est du Pokémon de A à Z.

C’est très coloré et très inoffensif.

Malgré tout, il faut reconnaître que cette recette connue fonctionne toujours. Le côté addictif perdure, année après année, et donne envie d’explorer Sinnoh dans l’unique but de remplir son Pokédex (150 Pokémon, ce qui peut paraître peu dans les standards actuels). D’autant qu’on retrouve ces bouilles auxquelles on a tant envie de s’attacher. À ce sujet, les développeurs ont soigné la mise en scène lors des combats, avec des plans très dynamiques qui soulignent vraiment la puissance qui se dégage des Pokémon (toujours affublés à des types, avec forces et faiblesses).

Graphiquement, on ne sait pas trop ce que le studio en charge du remake a voulu faire. Il a opté pour un enrobage volontairement mignon, qui rappelle finalement beaucoup la direction artistique d’antan (limitée par la faible puissance de la DS mais très charmante, presque insouciante). Pendant les phases de jeu, les bonhommes arborent un design Chibi assez quelconque (petit corps et grosse tête). Pendant les cinématiques (comme par exemple avant un affrontement), les mêmes personnages affichent une silhouette beaucoup plus réaliste. Cet entre-deux est très bizarre et donne un sentiment mitigé quand on regarde l’écran de sa Switch (ou son téléviseur). Dans tous les cas, Pokémon oblige, c’est très coloré et très inoffensif.

L’effrayante Team Galaxie (non) // Source : Pokémon Company

La fameuse Pokémontre

N’attendez pas un défi immense des premières heures de jeu offertes par Pokémon Diamant Étincelant et Pokémon Perle Scintillante. Les deux titres offrent d’ailleurs plusieurs moyens de se faciliter la vie, comme par exemple le partage de points d’expérience au sein de toute son équipe à l’issue des confrontations (pour permettre aux Pokémon moins utilisés d’évoluer malgré tout), ou encore une indication sur les attaques les plus efficaces. On note en outre l’accès facilité aux compétences spéciales, qui se débloquent au fur et à mesure et permettent de dégager certains passages au préalable bloqués (des rochers). Il faudra simplement accepter cette poussiéreuse mécanique consistant à dissimuler des combats aléatoires (les Pokémon sauvages n’apparaissent pas à l’écran). Faire trois pas, se faire attaquer, refaire trois pas, se refaire attaquer… Et ainsi de suite jusqu’à transformer l’effet de surprise en agacement.

Quand ils sont sortis sur Nintendo DS, Pokémon Diamant et Pokémon Perle introduisaient une nouveauté tirant partie du double écran de la console : la Pokémontre. On retrouve cet accessoire dans Pokémon Diamant Étincelant et Pokémon Perle Scintillante. Il permet toujours de consulter l’heure (utile pour le cycle jour/nuit), de profiter d’un radar, de consulter les sentiments de ses Pokémon, entre autres fonctionnalités. Sauf que les développeurs ont oublié une chose : la Nintendo Switch n’a accès qu’à une seule surface d’affichage, ce qui rend la Pokémontre beaucoup moins plaisante à l’usage (elle vient mordre une partie de l’écran). Il aurait été nécessaire de repenser l’objet pour conserver un aspect pratique.

Les Grands Souterrains // Source : Pokémon Company

ILCA a préféré concentrer ses efforts sur une refonte des souterrains, qui proposent, ici, encore plus de moyens de prolonger le plaisir et de s’amuser. Ils deviennent ainsi des Grands Souterrains, avec des zones inédites qui permettent de croiser toujours plus d’espèces (certaines ne se trouvent que là) ou de déterrer des fossiles. Vous pourrez même y établir une base, à décorer à l’aide de statues.

En bref

Pokémon Diamant Étincelant & Perle Scintillante

Note indicative : 3/5

Pokémon Diamant Étincelant et Pokémon Perle Scintillante semble un peu trop conçu dans le seul but de nous faire patienter jusqu’à Légendes Pokémon : Arceus. Ce dernier s’annonce comme une réelle évolution pour une franchise qui se repose un peu sur ses acquis — ce que soulignent ces deux remakes.

L’approche du studio ILCA est un peu trop scolaire. Résultat, Pokémon Diamant Étincelant et Pokémon Perle Scintillante laissent un goût de déjà-vu et de déjà-joué. L’agrément de la nostalgie ne peut pas toujours fonctionner et justifier l’existence de ces remakes très paresseux.

Top

  • Capturer des Pokémon, c'est toujours très addictif
  • Expérience confortable et accessible
  • Quelques activités annexes

Bof

  • Refonte graphique étrange
  • La Pokémontre moins pertinente sans double écran
  • Les développeurs ne se sont pas foulés

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo