Saviez-vous qu'il existe un double sens dans le nom de la Nintendo DS, cette console portable à deux écrans ?

Petite par la taille, mais grande par le nombre d’unités vendues. Très grande, même. Toutes versions confondues, la Nintendo DS s’est vendue dans le monde à plus de 150 millions d’exemplaires, selon des statistiques communiquées par Nintendo en mars 2016 — mais sa carrière commerciale s’est poursuivie au-delà, au point de faire vaciller le trône jusque-là occupé par la Game Boy et ses 200 millions d’unités.

La Nintendo DS est aujourd’hui une console qui est à son crépuscule : d’autres machines ont été lancées depuis. Il y a d’abord eu toutes les versions dérivées, puis l’ère de la 3DS et de ses variantes, notamment la New 3DS, et enfin, plus récemment, la Switch Lite, qui est la déclinaison 100 % portative de la Switch. Mais sa longue carrière et son franc succès méritent bien d’y revenir un instant.

Nintendo DS
La console Nintendo DS. // Source : Darren Abygail

Un double sens dans le nom de cette console à deux écrans

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi pouvaient correspondre les initiales DS de la console ? Peut-être le saviez-vous déjà. Il faut dire que c’est comme le nez au milieu de la figure : ça se voit immédiatement. En fait, c’est l’acronyme de « Dual Screen » en anglais, soit tout bêtement « Double Écran » en français. C’est exactement ce qu’est la console : une machine avec un double écran — ce que le logo illustre.

Mais il existe aussi un autre sens à ce DS. Nintendo en parlait dans ses pages d’assistance il y a quelques années. DS peut aussi se traduire par « Developers’ System ». « Pour nos développeurs, il s’agit du ‘Developers’ System’, car nous pensons qu’il donne aux créateurs de jeux de nouveaux outils qui conduiront à des jeux plus innovants pour les joueurs du monde entier ».

Et 3DS, alors ? C’est simplement un jeu de mots entre l’affichage en trois dimensions et le double écran. En effet, la particularité de la 3DS est de proposer sur l’un des deux écrans un affichage en 3D autostéréoscopique, c’est-à-dire qu’il peut donner une sensation de profondeur et de relief sans avoir besoin de porter des lunettes spéciales (comme celles que l’on chausse au cinéma).

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo