« The Irishman » de Martin Scorsese est reparti sans statuette, tandis que la plateforme de vidéo à la demande par abonnement a été doublée par HBO et Amazon Prime Video au niveau des séries. Est-ce vraiment grave ?

34 nominations et seulement 2 victoires : les chiffres ne sont pas en la faveur de Netflix, qui était pourtant très attendu à la cérémonie des Golden Globes de 2020 outre Atlantique, qui récompense le meilleur des séries et des films sortis dans l’année. La plateforme de vidéo à la demande par abonnement américaine (SVOD) a vu s’échapper de nombreux prix, dont celles pour The Irishman de Martin Scorsese, son film phare de la fin 2019, pourtant considéré comme une machine à broyer la concurrence.

Sur six nominations, le film de trois heures avec Al Pacino et Robert De Niro n’a rien gagné. Marriage Story, qui était également nommé dans la catégorie du meilleur film, n’a empoché qu’une statuette à travers la performance de Laura Dern, dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle.

Laura Dern dans Marriage Story // Source : Netflix

Au niveau des séries, où Netflix était nommé à 17 reprises, c’est la même déception : seule Olivia Coleman a été sacrée meilleure actrice pour son incroyable performance dans The Crown. Pour le reste, ce sont deux concurrents bien différents qui ont dominé le jeu. HBO, d’abord, avec sa série Succession qui montre avec beaucoup de cynisme les tribulations d’une famille de gens aussi riches qu’infects qui se battent pour prendre le contrôle d’un empire économique. La chaîne câblée américaine, qu’on prédit en danger depuis 5 ans, continue de montrer que la qualité paie avec des productions incroyables, diffusées de manière hebdomadaire à la télévision linéaire mais disponibles en replay sur sa plateforme HBO Go, d’Euphoria à Watchmen en passant par Chernobyl (sacrée meilleure mini-série cette année).

De l’autre côté, il y a Amazon Prime Video, toujours aussi stable et confiante, qui se frotte encore les mains d’avoir décroché les droits de diffusion de la série britannique Fleabag, portée par Phoebe Waller-Bridge. La dramaturge a non seulement raflé le prix de la meilleure série comique, mais aussi celui de la meilleure actrice pour sa propre performance. Fin septembre dernier, Reed Hastings, le patron de Netflix, confirmait ses regrets d’avoir été battu par Amazon, qui avait surenchéri assez pour pouvoir diffuser Fleabag à l’international. La série comique en deux saisons, aussi fine que brutale, a réussi à trouver un nouveau public et sortir de la confidentialité du succès critique qu’elle avait obtenu lors de sa première diffusion britannique sur la BBC Three en 2016.

AnnéeNombre de nominationsNombre de victoires
201300
201461
201571
201690
201762
2018121
2019133
2020342

En résumé, alors que le nombre de nominations pour Netflix a considérablement augmenté cette année par rapport aux précédentes, et continue de croître depuis trois ans, le nombre de victoires est, lui, irrémédiablement stable. Ce constat est à la fois amer, mais pas illogique : la plateforme a été nommée plusieurs fois dans la même catégorie (comme meilleur film, par exemple), il est donc normal qu’elle ne puisse pas empocher deux fois la même statuette. Toutefois, le fait que le nombre de victoires stagne à ce point montre tout de même que les cérémonies de récompenses ne sont pas prêtes à tout donner à la plateforme.

L’évolution des nominations et victoires de Netflix aux Golden Globes // Source : Numerama

La liste complète des récompenses des Golden Globes 2020 est disponible sur le site officiel de la cérémonie.

Netflix peut encore se refaire

Pour autant, rien ne dit que Netflix sera snobé aux Oscars, le 10 février prochain. Les Golden Globes ont historiquement la réputation de tester des choses, et de ne pas avoir de ligne directrice très cohérente dans ses choix de gagnants. Une année sur l’autre, la cérémonie peut se montrer très audacieuse, tandis qu’elle manquera de poigne l’an d’après — en témoigne cette année où les nominations sont passées à côté de nombreux acteurs et actrices racisées.

Sur le papier, Netflix n’a pas vraiment besoin de cette reconnaissance critique, d’autant plus que celle-ci a de moins en moins de sens à l’ère des plateformes et des changements de modes de consommation : son service compte 158 millions d’abonnés à travers le monde (dont 6 millions en France) et son unique but et de les retenir en les servant aux mieux.

Il n’empêche que la multinationale menée par Reed Hastings a de grandes ambitions en termes d’image, et que ce sont ces awards qui ont permis à Netflix, avec le raz-de-marée House of Cards en 2013 et 2014, de montrer qu’il était là pour jouer dans la cour des grands.

Partager sur les réseaux sociaux