Depuis le début l’année 2024, Amazon Prime Video diffuse de la publicité au milieu de ses programmes aux États-Unis. Elles peuvent être supprimées avec une option payante… qui est aussi obligatoire pour bénéficier de la meilleure qualité de visionnage. Pour le moment, la France n’est pas concernée.

Depuis le 29 janvier, certains marchés ont accès à une version d’Amazon Prime Video avec des publicités. Pour la multinationale, cela permet de faire payer un surcoût à celles et ceux qui n’en veul ent pas — à l’instar de Disney+ et Netflix. Et figurez-vous que cette formule plus chère permet aussi de bénéficier de la meilleure qualité de visionnage, comme le rapporte The Verge dans un article publié le 13 février.

Le site allemand 4KFilme a découvert que plusieurs de leurs téléviseurs proposaient certains contenus en HDR10 et en Dolby Digital 5.1, alors qu’ils étaient en Dolby Vision et en Dolby Atmos auparavant. Une erreur ? Non, confirme un porte-parole d’Amazon : « Le Dolby Vision et le Dolby Atmos sont disponibles uniquement pour l’option sans pub, sur certains titres. » Autrement dit, comme Netflix et Disney+, Amazon est en train de facturer la qualité. Et c’est vraiment dommage.

Rings of power elfes
Source : Amazon Prime Video

Vous voulez du Dolby Atmos et du Dolby Vision sur Prime Video ? Ce sera quelques euros de plus

Le Dolby Vision et le Dolby Atmos ne concernent qu’une poignée de titres sur Amazon Prime Video. Mais les productions exclusives de la plateforme de SVOD sont généralement compatibles, comme Reacher, Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir, Saltburn… Le Dolby Vision (un format HDR pour un rendu visuel plus dynamique) et le Dolby Atmos (un format sonore qui garantit des effets en 3D dans toute la pièce) renforcent l’immersion et permettent de mieux mettre en avant les films et les séries (surtout si on a un bon équipement).

Pour le moment, l’abonnement Amazon Prime Video avec pub est en vigueur dans quatre pays : États-Unis, Canada, Royaume-Uni et Allemagne. La France n’y échappera pas, en vertu d’un déploiement progressif « courant 2024 » (Amazon dément à Numerama la date du 10 avril en circulation depuis quelques semaines). Le surcoût pourrait être de l’ordre des 2,99 € par mois, comme c’est le cas en Allemagne, ce qui ramènerait l’abonnement mensuel à 9,98 € (6,99 + 2,99). Ce serait toujours moins cher que ses concurrents à qualité équivalente : 11,99 € pour Disney+ Premium et 19,99 € pour Netflix Premium, mais tout de même une belle augmentation.

Sur le marché de la SVOD, très concurrentiel, les hausses de prix sont hélas très courantes. On pensait qu’Amazon Prime Video, qui n’est qu’un bonus de l’abonnement Prime, y échapperait, mais Amazon veut toucher sa part du gâteau des recettes publicitaires (comme TF1, qui a lancé TF1+ pour ça). À noter quand même que la 4K UHD, le HDR10 et le Dolby Digital en 5.1 restent le minimum syndical pour la formule de base.

Source : Montage Numerama

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.