L’épisode spécial Noël des Gardiens de la Galaxie, réalisé par James Gunn, vient clore la phase 4 de l’univers cinématographique Marvel. On s’en serait bien passé.

Fêter Noël avec les Gardiens de la galaxie : c’était la bonne idée de James Gunn, le réalisateur de la saga. Sur le papier en tout cas. Car, oui, on aime les films et épisodes spéciaux de Noël. Plein de bons sentiments, kitsch, cosy, ces atmosphères font du bien en cette période hivernale. L’univers des Gardiens de la Galaxie s’y prête : une équipe voyageant dans l’espace et soudée comme une famille ; et une saga caractérisée par sa légèreté et son humour.

Le rêve de James Gunn est donc devenu réalité : Les Gardiens de la Galaxie : joyeuses fêtes est disponible depuis ce 25 novembre 2022 sur Disney+. Mais, même avec toute l’affection que l’on porte aux gardiens, on aurait préféré ne jamais perdre notre temps devant ce saccage de 42 minutes.

À la recherche de Kevin Bacon

Une aventure épique ? Une comédie romantique ? Un twist magique ? Aucun de ces genres n’est présent dans cet épisode spécial. L’histoire tient sur un post-it : Mantis et Draxx partent sur Terre pour enlever Kevin Bacon. Le lien avec Noël ? Le célèbre acteur a marqué l’enfance de Pete. Et… c’est tout. Le pitch s’arrête là, puis il s’étire en longueur jusqu’à l’ennui. Le Christmas Special des Gardiens de la Galaxie est l’histoire de l’enlèvement d’un acteur. Pendant 42 minutes — quarante-deux minutes.

Peter et Draxx dans le spécial Noël des Gardiens de la galaxie. // Source : Disney+
Peter et Draxx dans le spécial Noël des Gardiens de la galaxie. // Source : Disney+

Ce « Christmas Special » ne parvient même pas à surfer sur la sympathie dégagée sur les personnages, même s’il est agréable de les retrouver le temps d’un épisode. L’ambiance de Noël ne nous contamine pas. Et l’humour, sans contexte un minimum accrocheur, tombe (presque) tout le temps à plat. Bref : on n’imaginait pas s’ennuyer autant devant cet équipage si sympathique à l’accoutumée.

James Gunn avait par ailleurs promis quelques points clés dans la continuité du MCU, faisant le lien avec le Volume 3 des Gardiens de la Galaxie prévu pour 2023 : oui, l’épisode contient une révélation sur les liens entre deux personnages, mais la scène dure littéralement une minute… Et il est à douter que ce ne soit pas réintroduit au début du prochain film. C’est ici vraiment le seul twist marquant.

Difficile de déterminer plus précisément ce qui a pêché dans la recette — pourtant rodée, car les deux films réalisés par James Gunn sont bien construits et rafraîchissants dans leur genre, tout en disposant de personnages attachants. La série Hawkeye, l’année dernière, parvenait d’ailleurs bien à nous immerger dans une atmosphère de Noël chaleureuse, tout en livrant une véritable aventure, tout en humour et tendresse. Les Gardiens auraient mérité la même approche.

La fin de phase 4 chez Marvel

Cet épisode vient mettre un point final à la phase 4 de Marvel et il est à son image : une tentative confuse d’explorer de nouveaux horizons, qui ne fonctionne qu’une fois sur deux. L’exploration des formats est une bonne chose, cela renouvelle le MCU et il y a eu de bons moments, mais il faut dire que l’expérimentation a duré longtemps, au risque de lasser un peu.

Nous serons passés d’un Moon Knight expérimental et hypnotisant à une She-Hulk ironique, mais désastreuse, avec une Ms Marvel géniale entre les deux ; tout comme nous sommes passés d’un Doctor Strange 2 intelligent à un Wakanda Forever bourrin et idiot, avec, au centre, un Thor Love & Thunder qui excelle dans l’humour, mais au scénario mince comme du papier à musique. Finalement, il est cohérent que la phase s’achève avec de joyeuses fêtes qui nous donnent juste envie d’être à l’année suivante.

Les Gardiens de la galaxie : joyeuses fêtes est disponible sur Disney+, dont l’abonnement débute à 8,99 euros par mois en France.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.