À l’occasion de la diffusion de la série Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir, Numerama se mouille en établissant un classement des six précédents films réalisés par Peter Jackson.

C’est l’événement de la rentrée : Amazon Prime Video va diffuser la série Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir, nouvelle plongée dans l’œuvre de Tolkien dans un format totalement inédit. L’attente est immense, l’engouement aussi.

Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir va peut-être vous donner envie de vous (re)plonger dans les six films déjà sortis, et tous réalisés par Peter Jackson. Pour rappel, ils sont scindés en deux trilogies : Le Seigneur des anneaux d’un côté, Le Hobbit de l’autre. Au sein de la rédaction de Numerama, on a voulu se mouiller en classant les six blockbusters du meilleur au pire. Oui, on ne tient pas tous à la vie.

On peut regarder les six films sur Amazon Prime Video ou acquérir le coffret Blu-ray UHD.

sauron lord of the ring
Sauron dans Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l’anneau

Notre classement des six films Le Seigneur des anneaux

1 – Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi (2003)

Le troisième et dernier volet de la trilogie Le Seigneur des anneaux, sous-titré Le Retour du roi, est sorti en 2003. Il a remporté onze Oscars et aucun film n’a battu ce record — qu’il co-détient avec Titanic et Ben Hur — depuis. Cela vous place le long métrage en termes d’accomplissement artistique, point d’orgue d’une œuvre majuscule qui empile les scènes épiques (l’arrivée des Oliphants !) et les discours inoubliables (Aragorn, juste devant la Porte Noire, avant d’envahir le Mordor). Grandiose.

2 – Le Seigneur des anneaux : La communauté de l’anneau (2001)

La communauté de l’anneau est le point de départ de tout et nous sommes sans doute des millions à avoir découvert l’univers de Tolkien avec ce premier opus réalisé par Peter Jackson (surtout connu des cinéphiles grâce à ses films d’horreur à petit budget). Le cinéaste réussit une véritable prouesse : introduire des dizaines de personnages et des décors de grande ampleur avec un rythme assez encourageant. Forcément, La communauté de l’anneau est très bavard, mais la densité de ce qu’il raconte est un plaisir constant.

3 – Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours (2002)

Le film Les Deux Tours pourrait presque se résumer en une seule scène : l’incroyable bataille dans le gouffre d’Helm, qui doit encore donner des cauchemars aux réalisateurs de Game of Thrones (dont la bataille nocturne de la dernière saison est risible à souhait, en comparaison). Visuellement, Helm en impose de bout en bout. La séquence d’action est un peu ternie par les blagues que se lancent Gimli et Legolas…

4 – Le Hobbit : La Désolation de Smaug (2013)

La Désolation de Smaug est, de très loin, le meilleur film de la trilogie Le Hobbit. On y retrouve ce souffle d’émerveillement propre aux grandes et belles aventures, avec là encore des moments qu’on n’oublie jamais (les portions dans la forêt remplie de grandes araignées). On est aussi ravi de retrouver Legolas, plus charismatique et puissant que jamais (ne nous jugez pas).

5 – Le Hobbit : Un voyage inattendu (2012)

Sur le papier, Le Hobbit : Un voyage inattendu n’est pas un mauvais film. Son seul tort ? Son fil conducteur ressemble un peu trop à celui de La communauté de l’anneau, en l’occurrence la création d’un groupe d’individus chargés de remplir une mission périlleuse, presque impossible. On est parfois un peu trop proche du remake, avec un gros sentiment de déjà vu. Dommage.

6 – Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées (2014)

Globalement, l’adaptation du Hobbit a un sacré problème : le livre manque de matière pour vraiment justifier le développement d’une trilogie sur grand écran. Dès lors, elle souffre de nombreux rajouts qu’on peine à comprendre (par exemple : le personnage incarné par Evangeline Lilly, une elfe qui s’amourache d’un nain). Pour beaucoup de raisons, La Bataille des Cinq Armées ressemble à cet épisode de trop, sachant qu’il ne propose rien de marquant pour une conclusion. Le parallèle avec Le Retour du roi n’en est que plus douloureux.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.