Après l'annonce d'un nouveau confinement par Emmanuel Macron le 28 octobre, c'est son Premier ministre Jean Castex qui a cette fois détaillé la manière dont ces nouvelles restrictions seront mises en place à compter de ce vendredi 29 octobre 2020.

Jean Castex a détaillé ce jeudi 28 octobre à 18h30 les mesures qui s’appliqueraient en France à compter de vendredi concernant le nouveau confinement qui va s’appliquer sur le tout le territoire, et qui a été annoncé par Emmanuel Macron la veille.

Le Premier ministre a d’abord confirmé ce que l’on savait déjà : un nouveau confinement a été décrété pour tous les Français et les Françaises. Il doit débuter ce jeudi à minuit et durer au moins jusqu’au 1er décembre, et il y aura un nouveau point dans 15 jours pour réévaluer la situation. «  L’accélération de la circulation du virus frappe avec la même brutalité toute l’Europe », a dit le Premier ministre. « Personne n’avait prévu une flambée si violente et si rapide. » En France, «  toutes nos régions et toutes les catégories d’âges sont concernées  », a-t-il ajouté.

L’objectif est simple : contenir la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus qui frappe de plein fouet l’hexagone et sa population — car, malheureusement, l’existence d’une deuxième vague n’a rien d’une surprise, elle a toujours été prévue dans tous les modèles scientifiques qui existent.

«  Notre objectif est simple : passer de 40 000 contaminations par jour à 5 000  », avait déclaré Emmanuel Macron. Le 28 octobre 2020, il y avait 244 décès à l’hôpital en une seule journée, et un taux de positivité des tests réalisés de 18 % trois jours plus tôt, d’après les données de Santé publique France. Le mois de novembre pourrait bien voir la pression sur les services de réanimation s’accentuer de manière beaucoup trop importante.

Le problème de ce deuxième confinement réside pour l’instant dans la zone de flou dans laquelle Emmanuel Macron a laissé les Français après son allocution, laissant charge à son ministre de détailler les restrictions, mais aussi de donner des réponses claires aux nombreuses interrogations des citoyens. Car l’enjeu est assez clair : le gouvernement cherche à endiguer l’épidémie et sauver des vies, tout en tentant de maintenir une vie économie et éducative le plus longtemps possible, ce qui ne sont pas forcément deux choses compatibles à l’heure d’aujourd’hui.

Jean Castex a précisé que seule la Martinique serait concernée par ce confinement, et pas les autres DOM-TOM.

Nombre de cas par millions d’habitants // Source : Capture d’écran Numerama

L’éducation nationale

Les crèches, écoles primaires, collèges et lycées

Les modalités du nouveau confinement ne seront « pas les mêmes », a dit le Premier ministre, qui tient à garder le droit à «  se former et s’éduquer ».

Pourront rester ouverts :

  • Les crèches, maternelles, écoles, collèges et lycées ;
  • Les établissements périscolaires ;
  • Les centres de loisir le mercredi.

Pour Jean-Michel Blanquer, il s’agit d’un « devoir » de garder le plus longtemps possible ouverts les établissements scolaires, a-t-il insisté. Voici ce qu’il se passera dans les écoles :

  • Tous les enfants de plus de 6 ans devront porter un masque dans les écoles.
  • Les récréations devront être organisées par « groupes »
  • Les cantines sont maintenues, mais il faudra une distance d’un mètre entre les élèves
  • L’aération et la ventilation devront être renforcées

Dans les universités, une restriction plus stricte

Les cours en universités devront avoir principalement lieu à distance, à l’exception des :

  • travaux pratiques
  • examens

Qui peut aller travailler ?

Le Premier ministre a insisté sur le fait que le télétravail devait être la règle pour les entreprises qui le peuvent. Cependant, de nombreux employés auront le droit de se déplacer pour aller travailler s’ils ont rempli une attestation.

Quels établissements ferment ?

Les nouveaux établissements qui ferment ne sont, pour l’instant, pas nombreux, par rapport à ceux qui étaient déjà interdits d’ouverture dans les zones de couvre-feu (comme les salles de sport par exemple). Doivent désormais être fermés :

  • Les restaurants
  • Les bars
  • Les cinémas
  • Les salles de conférences et de spectacles
  • Les salles de sports
  • Les parcs d’attractions
  • Les conservatoires
Les dérogations pour les fermetures des bâtiments accueillant du public // Source : Capture d’écran Numerama

Quels commerces ont le droit de rester ouverts ?

Une longue liste de commerces qui ont pour l’instant le droit de rester ouverts a été instaurée par le gouvernement. On y trouve :

  • Les pharmacies,
  • Les commerces d’alimentation générale, les superettes, boucheries, poissonneries, boulangeries,
  • Les supermarchés et hypermarchés,
  • Les magasins de jardinerie,
  • Les garages,
  • Les opticiens,
  • Les magasins dans l’électronique,
  • Les commerces de textile,
  • Les bureaux de tabacs et vente de produits de vapotage,
  • Les hôtels,
  • Les entreprises de location de voitures,
  • Les magasins de bricolage (Castorama, Leroy Merlin, etc)

Quels autres endroits restent ouverts ?

Quelques endroits ont pour l’instant le droit de rester ouvert :

  • Les parcs, forêts
  • La Poste
  • Les banques
  • Les cimetières
  • Les EPHAD devraient rester ouverts pour les visites, mais très contrôlés et avec des mesures de prévention stricts
  • Les lieux de cultes restent ouverts, sans cérémonies (à l’exception des enterrements, avec limite de 30 personnes)
  • Les mariages sont autorisés avec une liste de 6 personnes maximum.

Les commerces fermés pourront toujours rester ouverts pour de la livraison.

Les déplacements (proche ou loin de chez soi)

Vous ne pourrez quitter votre domicile que pour certaines raisons pendant cette période.

Le retour de l’attestation de déplacement

Comme lors du premier confinement, il faudra à nouveau une attestation pour se déplacer en France.

Voici les cas dans lesquels vous pourrez sortir :

  • Faire des courses
  • Accompagner un enfant à l’école
  • Se rendre dans un service public (Pôle Emploi, CAF, rendez-vous en mairie, etc)
  • Se rendre au travail ou en revenir « si vous n’êtes pas en capacité de le faire en télétravail »,
  • Se rendre à l’hôpital ou chez le médecin
  • Pour des motifs familiaux impérieux
  • Pour l’assistance aux personnes précaires
  • Pour une convocation judiciaire ou administrative
  • Pour participer à des missions d’intérêt général (distribution de nourriture ou lutte contre la pauvreté par exemple)
  • Pour faire une activité physique, pendant une heure maximum. Il s’agit uniquement des activités de plein air et individuelles (comme le jogging). Les sports collectifs de plein air sont interdits

La distance de 1 km est de retour

Ces déplacements n’auront pas le droit de se faire au-delà d’un kilomètre du domicile.

Ce qui est interdit

  • Se déplacer chez des amis
  • Se déplacer à plus d’un kilomètre de chez vous
  • Tous les rassemblements sont interdits sur la voie publique, à l’exception des manifestations déclarées en préfectures
Jean Castex précise les dispositions du reconfinement // Source : Capture d’écran Numerama

Les déplacements entre départements

Il ne sera pas possible de voyager à travers le pays «  y compris pour se rendre dans une résidence secondaire », a précisé le ministre.

Il y aura toutefois une « tolérance » pour les personnes qui reviennent de vacances ce week-end du 31 octobre.

Les sanctions et amendes

  • La première fois : une amende 135 euros
  • La deuxième fois en 15 jours : une amende de 200 euros
  • La troisième fois en 30 jours : 3 750 euros et six mois de prison
La prison pour les récidivistes de la resquille // Source : Capture d’écran Numerama

Le volet culturel

« Certaines activités peuvent continuer dès lors qu’il n’y a pas de public », a mentionné la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot. Comme par exemple :

  • Les répétitions,
  • Les tournages à huit clos.

Cela signifie que des spectacles seront « prêts à reprendre » à la fin du confinement, a indiqué la ministre.

Elle a précisé que les bibliothèques pourront aussi mettre en place un système de « click and collect » pour récupérer des livres. Il n’est pas clair si ces mesures concernent aussi les librairies.

Crédit photo de la une : Capture d'écran Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo