SpaceX s'est installé en 2014 au sud du Texas pour y construire sa base de lancement. Cinq ans plus tard, l'entreprise réalise que des locaux vivent trop près de ses installations et s'exposent à des nuisances. Aussi cherche-t-elle à racheter les habitations en cause.

En s’installant en 2014 à l’extrême sud du Texas avec le projet d’y construire sa propre base de lancement, SpaceX devait certainement penser avoir trouvé le site parfait pour opérer ses vols commerciaux. Le site, situé dans le comté de Cameron, ne se trouve qu’à 600 kilomètres de la ville texane de McGregor, là où SpaceX occupe depuis 2003 un centre d’essais pour ses moteurs.

Cinq ans plus tard, force est de constater que le plan de SpaceX n’a pas abouti comme prévu. D’une part, l’entreprise américaine continue de tirer ses fusées depuis des bases de lancement gérées par le gouvernement américain, à travers l’Air Force Space Command (il s’agit de Cap Canaveral, en Floride, et de Vandenberg, en Californie). Et d’autre part, ses activités sont une nuisance pour le voisinage.

Boca Chica
Boca Chica se situe en bordure du golfe du Mexique, à proximité de la frontière sud des USA. // Source : Vince Smith

Tentative de rachat des propriétés

La situation sur place est en fait si problématique que SpaceX en est réduit à tenter de déloger les habitants qui se trouvent trop près de sa base, à Boca Chica. C’est ce que rapporte ce mercredi 18 septembre Business Insider. Il n’est toutefois pas question ici d’exproprier les rares habitants de ce hameau — qui compte une vingtaine d’âmes –, mais de leur proposer de racheter leur domicile.

Et selon les informations du site, SpaceX est disposé à mettre un très bon prix par rapport à la valeur supposée de chaque propriété. Il est question d’y mettre trois fois le prix du marché. Cependant, l’offre ne semble pas avoir convaincu les résidents. Contactés par nos confrères, plusieurs d’entre eux ont dit qu’ils n’avaient pas l’intention d’accepter l’offre, qui expire d’ici fin septembre.

Pour justifier le refus d’accepter le deal de SpaceX, la population avance des motivations différentes, mais qui peuvent être complémentaires : il y a l’attachement naturel à l’égard de sa demeure, le cadre de vie (proximité avec la plage et le golfe du Mexique, la faune et la flore) ou bien l’incertitude de pouvoir trouver aussi bien ailleurs, même avec l’argent de SpaceX en poche.

Une proximité qui est source de problèmes

La grande proximité de ces habitations avec la base de Boca Chica peut être une source de danger pour les locaux. C’est par exemple là que s’est embrasé un prototype de la fusée Starship lors d’un test survenu en juillet 2019. C’est aussi une source de nuisance et de dégradation : lors d’un essai, les forces de l’ordre ont invité la population à quitter leur domicile et prévenu que les vitres pourraient exploser. La propriété la plus proche du site de SpaceX se trouverait à moins de 2,5 km (1,5 mile).

starhopper test
C’est à Boca Chica que SpaceX procède à plusieurs essais de vol. // Source : SpaceX

Le problème, c’est que les activités spatiales à Boca Chica ne devraient pas réduire en intensité : SpaceX prévoit d’autres tests avec son prototype, qui risquent évidemment de produire des ondes de choc destructrices. SpaceX a déjà procédé à deux essais à 20 et à 150 mètres d’altitude. D’autres lancements doivent survenir dans les mois à venir à des hauteurs de plus en plus grandes.

Et surtout cette base de lancement, pour l’heure tenue à l’écart des vols commerciaux, est susceptible d’en accueillir tôt ou tard. Il a été rapporté que SpaceX y a investi 100 millions de dollars. Pas question, vu les investissements consentis, d’y renoncer. De plus, SpaceX, en opérant sa propre base de lancement, aurait davantage les coudées franches qu’en passant par des bases gérées par des tiers.

Partager sur les réseaux sociaux