Un vol d'essai de SpaceX pourrait détruire les fenêtres des habitations aux alentours. La police invite la population à quitter son domicile le temps du test.

C’est le revers de la médaille lorsque l’on vit à proximité d’un centre d’essai spatial. Si les habitants peuvent certes apercevoir l’état d’avancement de certains projets (par exemple, le premier décollage de Starhopper, un prototype conçu par SpaceX en prévision de la construction du Starship, l’étage supérieur de la future fusée BFR), ils doivent aussi composer avec des désagréments significatifs.

Un exemple ? Les vitres de votre domicile peuvent exploser. Ce n’est pas une blague : ce risque est mentionné dans un avis distribué par la police de Boca Chica Village, au Texas, en prévision d’un vol d’essai que doit conduire SpaceX dans le 26 août 2019, à 16 heures de l’après-midi (heure locale), soit 23h en France métropolitaine. Une photo de cet avis a été mise en ligne sur Twitter.

Risque d’une onde de choc

« Il existe un risque qu’un mauvais fonctionnement de véhicule SpaceX pendant le vol crée une sur-pression qui peut briser les vitres. Par conséquent […] il est recommandé que vous envisagiez de vous éloigner temporairement, ainsi que les autres occupants et les animaux domestiques, de la zone pendant les activités de vol spatial », est-il indiqué. Selon la police, la fenêtre de test ne durera qu’un quart d’heure.

« Au minimum, vous devez quitter votre maison ou votre structure et être à l’extérieur de tout bâtiment de votre propriété lorsque vous entendez les sirènes de police qui seront activées au moment du vol spatial pour éviter ou minimiser le risque de blessure », est-il ajouté. La police prévoit d’émettre une alerte sonore environ dix minutes avant le début du vol d’essai de SpaceX.

SpaceX Falcon 9 fusée
Le retour sur Terre du premier étage d’une fusée SpaceX. // Source : SpaceX

Des avis pour rassurer et expliquer

Par le passé, les activités de SpaceX ont déjà nécessité la publication d’information en amont pour prévenir le public d’une activité inhabituelle et potentiellement inquiétante. Le 2 octobre 2018, l’armée américaine avait par exemple publié un communiqué pour avertir de la survenue probable d’un ou plusieurs bangs supersoniques, dont le bruit est similaire à un coup de tonnerre ou une explosion.

L’Air Force avait ajouté que les résidents pourraient aussi voir le retour sur Terre du premier étage d’une fusée Falcon 9, y compris des dégagements de flammes au niveau du moteur qui sont provoqués par les manœuvres d’atterrissage. Pour les autorités, il s’agissait aussi de décrire au préalable des phénomènes visuels et sonores pour faire taire d’éventuelles rumeurs paranormales ou conspirationnistes.

Partager sur les réseaux sociaux