Façon groupe de rock en festival californien, Sundar Pichaï accueillait ce mercredi un parterre de journalistes, de développeurs et d'analystes en extérieur pour présenter les grands chantiers de Google. De plus en plus clairement engagé dans l'intelligence artificielle, la firme en a détaillé ses différents projets. Tour d'horizon des annonces de la Google I/O 2017.

Progressivement, la Google I/O se calme d’année en année. Les déclarations tonitruantes à propos de lunettes connectées qui ne verront jamais le jour et les annonces des constructeurs de smartphone ne sont désormais plus au rendez-vous de la conférence Google. Sundar Pichai, en maître de cérémonie studieux, a considérablement changé l’ambiance et la teneur du rendez-vous annuel de sa firme.

Désormais, l’important pour la firme n’est ni d’impressionner les consommateurs et la presse, mais seulement exprimer en termes clairs les chantiers qu’elle se fixe et l’avancement de ses travaux. La Google I/O pourrait apparaître comme affadie aux yeux des technophiles, mais elle a désormais le mérite de définir les priorités et la méthode d’un géant souvent cryptique et brouillon. Ce qui rassure naturellement les investisseurs et les partenaires du groupe.

Voici quelques annonces et thématiques qui ont compté lors du rendez-vous et qui mettent en valeur les chantiers de Google.

Android : deux milliards d’utilisateurs, O et Go

À son habitude, la firme s’est félicité d’un nouveau super-record pour son système d’exploitation mobile qui est désormais mensuellement utilisé par deux milliards de personnes à travers le monde. Google compte à la fois les utilisateurs de smartphones, de tablettes, de wearables et de téléviseurs pour atteindre ce score astronomique.

Comme escompté, Android O, la prochaine version du système, a également fait une brève apparition durant la conférence, permettant ainsi à Google d’expliciter certains des futurs changements du système. La future version a également dévoilé une première version béta disponible depuis hier pour les curieux et développeurs. Pour rappel, la version devrait offrir de nouveaux jeux d’icônes, une fluidité améliorée, un système de protections revu, un mode fenêtré et bien plus encore. Sans oublier la mort de Blob, la figure de proue des émojis Google aux vagues formes de paté jaunâtre qui laissera sa place à une nouvelle palette de symboles rajeunis.

Enfin, Sundar Pichai a introduit une nouvelle version allégée d’Android, nommée Go, qui vient remplacer Android One, l’ancienne initiative de Google pour les smartphones très peu onéreux. Pour le CEO de Google, Android Go est à même de séduire le prochain milliard d’utilisateurs de son système dans les pays émergents. Optimisé sur tous les pans, Android Go propose un système simplifié, son propre Play Store et une foule d’optimisations pour amoindrir la consommation de réseau du système comme de RAM.

Google Assistant : sur iOS, en français et en images

Assistant vient braconner sur les terres d’Apple en se rendant, depuis mercredi, disponible à tous les utilisateurs d’iPhone. Sur iOS, l’Assistant de Google est une application indépendante qui vient enrichir l’écosystème de Mountain View sur les smartphones d’Apple.

On le savait, c’est à nouveau confirmé : Google Assistant adoptera définitivement la langue de Molière à partir de cet été. Déjà disponible au format textuel dans Allo, l’IA sera accompagnée d’une synthèse vocale francophone pour Home et les smartphones.

Enfin, petite nouveauté pour l’assistant virtuel de la firme : ce dernier a désormais des yeux, le Google Lens. À la manière de Bixby de Samsung, ou de feu Google Goggles, Assistant peut désormais reconnaître des objets et des parties de son environnement grâce à l’appareil photo. La reconnaissance du contexte est réalisée grâce au machine learning améliorée de la bête.

Home : commercialisation française et écosystème

L’impressionnante enceinte connectée de Mountain View suivra le chemin d’Assistant et devrait venir s’installer dans les rayons français dès l’été pour un prix encore inconnu. Notons que les applications typiquement française ont gagné durant l’I/O un support de la firme : c’est par exemple le cas du Français Deezer, ou le Berlinois SoundCloud.

Pichai a passé un temps certain à décortiquer les nouveautés de son Home qui sont plutôt intéressantes et crédibilisent encore la solution de Mountain View face à Amazon. En utilisant son écosystème propre, Google espère rendre Home plus simple que l’interface d’Amazon. En effet, l’enceinte connectée exploitera tous les produits liés à Google pour compléter son expérience domotique : Chromecast, smartphones et téléviseurs par exemple.

Assistant utilisant un téléviseur pour afficher une réponse

On peut déjà citer le cas des visual responses introduites par Google durant lesquelles, pour une information demandée, Home s’appuiera sur votre téléviseur pour afficher des réponses.

Google Photos : de l’intelligence artificielle comme s’il en pleuvait

Photos est un incontestable succès de Google : l’application de sauvegarde, synchronisation, partage et retouche de photos a déjà énormément de points forts. Son équipe a dévoilé hier des nouveaux ajouts s’appuyant lourdement sur l’intelligence artificielle pour améliorer son service.

Google Photos

Ainsi, la reconnaissance des images (machine learning) qui identifie déjà vos contacts dans vos photos s’enrichit d’une fonctionnalité de partage intelligente nommée Suggested Sharing. Dès lors qu’un ami est reconnu par l’application, en un clic, vous pouvez partager le cliché à la personne en question. Côté partage, l’éditeur a également présenté des Shared Libraries, des albums partagés qui sont édités et organisés par différents utilisateurs.

Plus anecdotique, Google lance également une offre d’impression de vos albums en livre photo à partir de 9,99 $, pour les États-Unis.

Enfin, le vrai coup de poker de Google avec son photos a été la démonstration des futurs retouches automatiques grâce à… l’intelligence artificielle. La firme promet de détecter les obstacles et parasites des photos, de les supprimer et de les combler. Une vieille promesse du machine learning qui pourrait enfin se démocratiser.

Réalité virtuelle : Google prépare son casque

Les ambitions en matière de réalité virtuelle de Google ne s’arrêtent pas à Daydream, la plateforme VR pour Android — qui sera étendue au Galaxy S8 prochainement. En effet, la firme a annoncé vouloir exister dans le domaine de la réalité virtuelle de manière autonome, sans l’aide des smartphones. Ainsi un casque autonome, qui n’aurait ni besoin d’un PC, ni d’un smartphone, est désormais un projet officiel. Sa présentation devra toutefois attendre. HTC et Lenovo serait déjà en train de travailler avec Mountain View sur le dispositif.

 

Partager sur les réseaux sociaux