La course au véhicule autonome n'en finit pas. Alors que Tesla semblait avoir une longueur d'avance sur tout le monde, General Motors et Cadillac viennent d'envoyer un signal fort, en dévoilant leur toute première voiture à système de pilotage automatique.

Elon Musk doit être sur le toit du monde depuis que l’action de sa compagnie, Tesla, avait dépassé Ford en terme de valeur sur le marché financier. Mais côté voiture autonome, la concurrence ne chôme pas. En témoigne la réplique du géant de l’industrie automobile américaine General Motors, qui vient de dévoiler un modèle de Cadillac prêt à concurrencer la technologie de son jeune rival.

En effet, la Cadillac CT6 prévue pour cet automne semble être une réponse face à l’avancée technologique de Tesla. Ce véhicule sera le premier de la marque équipé de la technologie Super Cruise, permettant de laisser la voiture se conduire automatiquement sur des portions d’autoroutes. Et l’argument appuyé par le constructeur est qu’il s’agit bel et bien là de la première vraie technologie de « conduite autonome » (pourquoi c’est inexact), puisque contrairement à celle déployée sur les Model S et les Model X aujourd’hui, il n’y aura pas besoin de garder les mains sur le volant, mais uniquement de regarder la route.

« Là où on va, on n’a pas besoin… de route. »

Vous serez ainsi « surveillés » par une caméra infrarouge située dans le volant, afin de vérifier que vous regardez bien la route, auquel cas une sonnerie ou un signal visuel vous préviendra. Et si vous décidez de l’ignorer, le véhicule pourrait s’arrêter de lui même. Autre petit détail : le dispositif ne marchera dans un premier temps que sur quelques portions d’autoroutes, clairement délimitées. Des limitations qui ne sont pas technologiques (puisqu’on promet un mapping des plus complets chez GM) mais bien morales, comme l’explique l’ingénieur qui a dirigé le projet Super Cruise, Barry Walkup, qui souhaite d’abord développer « la confiance des consommateurs et des pouvoirs publics ».

Au-delà des mains sur le volant, rien de bien innovant du coup. Les Tesla actuelles sont capables de tout cela et la technologie de General Motors ne fait pas progresser vers de nouveaux niveaux d’autonomie des véhicules. Pour dégotter ce véhicule lors de sa sortie en fin d’année, il en coutera un minimum de 66 290 dollars pour la version luxe pouvant accueillir cette technologie. D’ici là, le Hardware 2.0 de Tesla, qui rattrape encore son retard,aura eu le temps de progresser.

À lire sur Numerama : Voiture autonome, autopilote, assistance à la conduite  : quelles différences  ?

Partager sur les réseaux sociaux