Cela fait un mois que nous portons quotidiennement une Apple Watch Series 2. Les montres connectées sont-elles suffisamment intéressantes en 2016 pour justifier un achat ? C'est ce que nous allons voir.

Si vous lisez Numerama depuis suffisamment longtemps, vous connaissez notre amour des gadgets et notre aversion pour les montres connectées. Avant les très récentes annonces des différents constructeurs, de Samsung à Asus en passant par Apple ou Huawei, nous avons trouvé que la montre connectée était pile poil au croisement de tout ce qu’il ne fallait pas faire.

La plupart des montres connectées se présentent comme des bijoux d’ornement mais ressemblent à des jouets, promettent monts et merveilles mais se retrouvent à être d’agaçantes machines à notification, affirment accompagner les sportifs mais se contentent de compter aléatoirement les pas — et surtout, se vendent comme des produits pour technophiles mais cumulent de nombreuses tares technologiques : mauvaise batterie, interface horrible, logiciel qui rame…

apple-watch-2

Bref, la montre connectée n’est clairement pas bien partie et les chiffres du marché ont tendance à confirmer que l’objet se vend bien moins que ce que les constructeurs ont imaginé. La nouvelle génération de ces objets commence en tout cas à sortir et pourrait peut-être nous réconcilier avec le genre : ses promesses semblent bien plus réalistes et réalisables que celles avancées par les premières générations de montres. Et le luxe a trouvé de son côté une belle manière de faire de la smartwatch.

Cela fait un mois maintenant que nous testons l’Apple Watch Series 2. La version Apple de la smartwatch est une itération sur le modèle de la première montre qui promet à peu près les mêmes choses que l’originale, mais en mieux. Au lieu de sortir un test après une semaine d’utilisation, nous avons pris le temps de tester la montre en profondeur. Il s’agit d’un nouvel objet qui en est encore à ses débuts et nous avons souhaité prendre le temps de savoir s’il pouvait devenir un incontournable de la tech dans sa forme actuelle. Cet article est le récit de notre expérience.

L’Apple Watch Series 2, nouvel iPad 2 ?

Je porte une Apple Watch de première génération depuis le mois de mars 2016, à peu près. Ma relation avec la montre d’Apple est conflictuelle. J’ai souvent eu l’envie d’écrire un « Pourquoi j’ai arrêté de porter mon Apple Watch » mais ce type de papier est devenu un genre littéraire en soi et n’a plus aucun intérêt, tant des milliers de personnes l’ont fait et refait, sous tous les angles. Et pourtant, je dois reconnaître que je n’ai pas beaucoup porté mon Apple Watch.

Quand je l’avais au poignet, elle était soit inutile, soit éteinte. Inutile, parce que je ne ressentais clairement pas le besoin de l’utiliser : sous la deuxième version de watchOS, la montre ramait et son interface était tout bonnement catastrophique. Il n’y avait que deux boutons sur une Watch mais impossible de retenir instinctivement lequel faisait quoi et comment accéder aux fonctionnalités. Mon cerveau n’a jamais voulu faire l’effort, prenant machinalement le smartphone dans ma poche, bien plus agréable.

apple-watch-3

Éteinte, parce que la première Apple Watch n’était pas un exemple d’économie d’énergie et au bout d’une journée de quasi-activité, il fallait la recharger. Je me suis parfois amusé avec mes collègues en disant que je la portais tous les jours éteinte comme un témoignage de son absurdité dans ma vie de technophile. C’était loin d’être un mensonge.

Cela fait un mois maintenant que je suis passé sur une Apple Watch Series 2, petit nom compliqué donné à l’Apple Watch 2 et il faut reconnaître que les choses ont bien changé. La nouvelle Apple Watch a énormément gagné en fluidité, que ce soit grâce à son nouveau hardware ou à la nouvelle version de watchOS, nommée watchOS 3. Cette fluidité vient d’abord à l’usage : il n’y a plus de latence entre les actions et leur réalisation à l’écran. On a vraiment l’impression d’un saut qualitatif entre les deux générations de la Watch, et c’est en partie grâce à l’OS : même sur la première montre, la réactivité est vraiment supérieure et l’ergonomie du système, repensée, est clairement plus intelligente.

Depuis la première Watch, les choses ont bien changé

D’un autre côté, la Watch Series 2 a aussi une meilleure autonomie (elle tient 2 jours sur batterie) et du coup, vous pensez moins à la recharger. Elle reste donc allumée plus longtemps sur votre poignet. La réorganisation du système d’exploitation et son optimisation font que les commandes sont désormais à portée de doigt et l’interface est bien plus intuitive qu’avant : elle ressemble à celle d’un iPhone, avec ses menus à tirer depuis le bas ou le haut, son bouton retour et ses interactions directement à l’écran. Le bouton du bas ne sert plus qu’à l’écran multi-tâches ou au paiement par Apple Pay.

La couronne est un poil moins utile qu’avant, dans la mesure où les actions sur l’écran tactile sont bien mieux pensées et bien plus efficaces. Cela ne nous étonnerait pas qu’Apple l’abandonne un jour. Sur le modèle 42 mm que nous testons, nos gros doigts n’ont aucun problème pour naviguer sur les petites icônes ou les boutons horizontaux, qui sont plutôt bien fichus.

À vrai dire, l’ensemble fait très produit fini, ce qui n’était pas le cas de la première montre. Certes, Apple avait raffiné sa copie, en choisissant des matériaux nobles et en proposant des bracelets pour tous les styles — mais il manquait une cohérence entre le matériel et le logiciel. En en faisant un produit de mode — ce qui était une bonne stratégie au demeurant, nous y reviendrons –, Apple avait oublié d’en faire un bon produit.

apple-watch-4

La référence en intertitre n’est pas anodine. Vous souvenez-vous de l’iPad de première génération ? C’était une machine originale pour l’époque, qui atterrissait sur un secteur qui avait du mal à décoller mais qui avait des caractéristiques à la ramasse et qui accusait le coup d’un écosystème peu mur. Apple a réagi très vite avec l’iPad 2 qui est considéré aujourd’hui comme l’un des produits les mieux exécutés de la décennie : c’est lui qui a propulsé le marché de la tablette et qui a véritablement imposé Apple comme un pilier de ce secteur. Un produit si bien pensé qu’aujourd’hui, beaucoup de gens ont encore un iPad 2 qui tourne toujours parfaitement, a reçu les mises à jour jusqu’à iOS 9 et s’inscrit sur un marché qui n’a pas énormément d’arguments pour passer à mieux.

Pour tout vous dire, l’Apple Watch Series 2 a, techniquement, à peu près la même saveur. Nous ne voulons pas jouer les voyants, mais cela ne nous étonnerait pas que ce soit le produit qui décide de l’avenir de la montre connectée : nous avons, enfin, un produit mature et bien fini, maîtrisé de bout en bout et capable de beaucoup de choses — et notamment, de répondre à toutes les promesses de la première montre. Si avec cela, le grand public n’est pas convaincu, c’est que le problème est ailleurs.

Par exemple, dans l’objet en lui-même.

apple-watch-5

Mais à quoi ça sert ?

À quoi peut bien servir un iPhone de 10 pouces qui n’a pas forcément de connectivité mobile et dont les usages semblent redondants avec ceux d’un PC ? C’est en une question le procès que l’on faisait à la tablette tactile autour de la sortie de l’iPad. La réponse à cette question a pris quelques mois à être formulée, mais on a vite saisi les capacités d’un tel engin : la tablette est un écran accessible, transportable dans une maison qui s’utilise aussi bien sur un canapé qu’au lit et qui devient, en quelque sorte, le centre du divertissement semi-sédentaire.

Ses usages se sont multipliés en même temps que ses utilisateurs : pour certains, il s’agit d’une plateforme à Netflix & chill, pour d’autres, c’est un outil de prise de note léger et polyvalent. D’autres encore en font un outil de dessin ou de présentation professionnelle. Bref, en 2016, on ne cherche plus, comme en 2010, à comprendre à quoi sert une tablette tactile.

watch-1

apple-watch-2

La montre connectée est aujourd’hui un peu dans la même phase que les premières tablettes tactiles à leur sortie. On n’arrive pas bien à lui trouver un usage parce que la première génération était franchement médiocre et que la génération qui semble servir à quelque-chose débarque à peine. Maintenant qu’on a un outil agréable à utiliser au poignet, vient nécessairement la question de ce qu’on en fait. Et sans plus attendre, nous allons essayer d’y répondre.

Au quotidien

L’Apple Watch est d’abord un outil qui nous libère du smartphone. Si vous arrivez bien à gérer vos notifications (c’est-à-dire à n’activer que des choses qui comptent sur la montre), vous finissez par avoir une machine à notifications plus utile qu’ennuyeuse. Vous êtes en réunion, on vous envoie un SMS, vous n’avez qu’à regarder discrètement votre poignet. Une urgence ? Vous pouvez vous lever. Votre maman qui veut que vous répariez son Facebook ? Elle peut attendre.

Ce sont ces expériences toutes bêtes qui ne sont pas radicales qui nous font apprécier les notifications discrètes de la Watch. C’est la même chose en conduisant : la montre à votre poignet se regarde d’un coup d’œil et ne vous met pas en danger.

apple-watch-3

apple-watch-4

Vous pouvez faire à peu près toutes les choses simples sur votre montre, des SMS préenregistrés aux appels, en passant par l’envoi d’emojis, le lancement d’une activité sportive, l’allumage ou l’extinction de vos lumières connectées ou encore, la commande d’un Uber ou la vérification d’un trajet en transports en commun.

Au quotidien, avec une montre connectée agréable à utiliser, on se prend à vraiment moins utiliser son smartphone, surtout pour toutes les tâches qui nous déconcentrent de ce que l’on est en train de faire. Oui, c’est paradoxal : on ajoute une machine qui nous prend de l’attention à notre poignet, mais dans la balance avec ce qu’on gagne côté smartphone, le résultat est positif.

Et pour vous prendre pour un espion, vous pouvez répondre aux appels sur votre montre ou déclencher votre appareil photo à distance. Marrant deux fois.

On se prend à vraiment moins utiliser son smartphone

Le sport

Ensuite, il y a le sport. La stratégie Apple côté montres connectées sera probablement un jour étudiée en école de marketing : qu’on aime ou pas la marque, il faut reconnaître qu’elle est plutôt maline. La première Apple Watch a été commercialisée comme un objet de mode, touchant au luxe, quand tous les constructeurs s’entêtaient à en faire un objet de geeks. Résultat : les technophiles n’en voulaient pas parce que les montres étaient nulles et le grand public n’en voulaient pas non plus parce que les montres étaient moches, cheap et mal finies.

Maintenant que la Watch a été marquée comme un produit de luxe, Apple matraquant les comparaisons avec les Rolex, Cartier et autres Jaeger-LeCoultre, la firme s’attaque avec violence à un autre secteur : celui des montres et bracelets pour sportifs. Ici, Fitbit règne en maître et la vieille industrie du milieu, Garmin en tête, peine à rattraper les géants de la tech sur ces sujets. Et la Watch 2 est clairement une montre pour sportifs. Le partenariat avec Nike en donnait la couleur, mais tout dans la montre est fait pour vous faire bouger — et vous accompagner quand vous bougez.

apple-watch-5

apple-watch-6

apple-watch-7

apple-watch-8

Le GPS intégré enlève complètement le besoin d’un smartphone quand vous allez courir ou vous entraîner : vous portez juste la montre avec un bracelet adapté, en tissu ou en plastique doux et elle s’occupe de vous divertir avec les playlists que vous avez préparées et de surveiller votre séance d’entraînement. L’application Activité de la Watch est vraiment très bien fichue, vous proposant à la fois des résumés de vos séances et des défis pour vous améliorer. Vous pouvez commencer une séance libre ou tenter de faire mieux qu’avant. Vous gagnez des badges quand vous vous donnez à fond ou quand vous réalisez des objectifs et vous pouvez comparer vos entraînements avec ceux de vos potes.

Le calcul en temps réel des calories brûlées et du rythme cardiaque est très précis d’après les retours que plusieurs sportifs bien plus avancés que moi ont pu me communiquer. Il est parfaitement possible de faire de votre Apple Watch Series 2 votre seul compagnon si vous pratiquez l’un des sports compatibles, de la marche à la course en passant par le vélo, le rameur ou la natation — puisque la montre est désormais waterproof. Au quotidien, en-dehors de la salle de sport, la montre vous invitera à vous lever ou à faire des séances de respiration pour vous relaxer au bureau.

Les commandes vocales ont encore des ratés

Ce qu’elle gagne pour le sport (le GPS et la résistance à l’eau), la Watch Series 2 l’utilise aussi pour d’autres tâches. Par exemple, elle pourra vous indiquer des itinéraires à pied très précis en vous indiquant à quel moment tourner en se connectant avec l’application Plans. Les commandes vocales ont encore des ratés, notamment parce qu’elles sont en Français et qu’Apple ne bouge pas trop pour notre belle langue (comme Google ou Amazon, au demeurant). Par exemple, vous allez pester quand Siri va vouloir vous emmener dans une rue de Strasbourg alors que la rue parisienne homonyme que vous avez demandée est à 300 m.

Le look

Reste la question ô combien fondamentale du look. Qu’elle soit smart ou dumb, la montre reste un objet d’ornement, féminin ou masculin. Si une montre ne vous plaît pas, vous ne la porterez pas. Et la question du goût est donc parfaitement légitime. Apple a bien compris cela et propose pour cela plusieurs bracelets. À l’usage, et pour avoir testé à peu près tous les modèles, il faut reconnaître qu’ils parviennent plutôt bien à faire changer la montre de style.

 Qu’elle soit smart ou dumb, la montre reste un objet d’ornement

Pour le sport, un bracelet plastique et une horloge digitale passent bien avec un survêtement. Un style plus casual s’accomode d’un bracelet tissu, léger et confortable : on en vient à oublier la montre. Il y a un nombre considérable de Watch Faces qui vont bien avec un style urbain décontracté, de l’horloge solaire aux nombreuses itérations des montres modernes à gros chiffres. L’Apple Watch se porte bien avec un costume quand on lui associe un bracelet métal ou cuir : les mailles milanaises et la Watch Face Mickey en noir & blanc forment une combinaisons rétro et élégante.

Reste que, quand on vous pose la question, vous êtes peu à donner à l’Apple Watch une bonne note de style. À l’heure d’écrire le test, seulement 36 % des voix donnent un 3 ou un 4/4 à l’Apple Watch, contre 64 % pour un 1 ou un 2/4. Nous aurions effectivement adoré voir débarquer un modèle rond et beaucoup plus fin de la montre d’Apple. Ce sera probablement pour la prochaine.

Pour résumer, la Watch Series 2 est bien plus puissante, agréable et utile que la première version de la montre. On se prend à l’utiliser quotidiennement et à remarquer son absence, quand la première version était surtout un poids mort pendouillant à l’extrémité de notre bras. C’est la première fois qu’on se dit qu’il y a quelque chose à faire avec cet objet connecté qu’on nomme vulgairement smartwatch, mais clairement, malgré les nombreux progrès, les usages sont encore à construire.

Vos questions

@Hoaxymore : quelle est l’opération que tu fais plus de 2 fois par jour dessus (inb4 regarder l’heure) ?

Consulter ce qui se passe dans ma vie numérique. J’ai configuré la Watch pour qu’elle ne m’alerte que sur trois applications : mes mails pro, mes mentions sur la messagerie interne et mes SMS. Pour ces trois choses, elle suffit très largement et me fait économiser pas mal de temps. J’ai pris l’habitude de l’activer sur les trajets en vélo côté sport et pour me guider à pied ou sur roues : c’est vraiment chouette de ne pas avoir à sortir son portable, on se déconnecte moins de l’univers.

@VictoriaCastro : elle remplit bien sa fonction antistress ? (l’enlever, la tripoter, la remettre, l’enlever encore)

Le bracelet en mailles milanaises est par-fait pour ça. Le petit aimant est un appeau à tics.

apple-watch-9

@pr7 : ça vaut quoi comparé à une Garmin pour les activités sportives ?

Les sportifs avec qui j’ai discuté ont du mal à retourner sur des montres moins technologiques et moins bien imbriqués dans l’écosystème de leur smartphone après un passage sur une Apple Watch. Avec son GPS, sa résistance à l’eau et les applications Nike, la Watch Series 2 est certainement une des meilleures montres pour sportifs aujourd’hui : d’ailleurs, elle fait flipper Fitbit.

@CorentinDurand : elle est à l’heure ?

Oui.

@IvanDaum : est-cequ’elle fait micro-onde ?

Non, mais elle peut minuter vos bons petits plats.

Quelle Watch acheter ?

C’est une question qu’on ne pose pas traditionnellement en fin de test, mais avec le Watch, elle vient d’elle-même. Vous êtes convaincu, vous voulez une Watch Series 2, vous êtes sur le site d’Apple et vous tombez sur une flopée de modèles. Notre conseil est simple : sauf si vous avez un coup de cœur pour un modèle haut de gamme, achetez la moins chère.

Nous avons eu la version en acier de la première Watch et nous trouvons que le modèle entrée de gamme est tout aussi bien fini… et moins lourd. Comme le hardware est le même dans tous les modèles, vous ne verrez pas la différence à l’usage. Ici, les différences de prix ne sont qu’une question de goût. Si nous avions un budget illimité, nous prendrions probablement la version céramique blanche, absolument magnifique. La version Nike a un petit côté futuriste assez plaisant, avec ses couleurs saturées et ses trous.

unknown-29

Reste alors une dernière interrogation légitime : doit-on préférer une 42 mm ou une 38 mm ? Le mieux est d’aller dans un Apple Store pour essayer mais sachez que sur mon poignet pas épais, le modèle 42 mm passe très bien — et est plus confortable à l’usage que le 38 mm.

Apple Watch Series 2

En bref

Apple Watch Series 2

L'Apple Watch Series 2 est une montre connectée efficace et qui tient, enfin, les promesses des montres connectées. On commence tout juste à avoir un hardware agréable à utiliser sur ce type d'appareil et watchOS 3 en tire extrêmement bien parti. En un mois d'utilisation, on a clairement trouvé des usages à la montre d'Apple. 

Reste qu'en-dehors des sportifs qui y trouveront tout de suite leur compte, l'utilité réelle d'une montre connectée n'est pas encore évidente. D'autant que le design de l'Apple Watch est loin de faire l'unanimité : c'est un problème, car une montre est avant tout un bijou -- et les constructeurs ne devraient jamais l'oublier.

Top

  • Excellente ergonomie
  • Tout pour le sport
  • Enfin des usages...

Bof

  • ...mais pas beaucoup
  • Design peu convaincant
  • Prix des bracelets

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés