De l'Hyperloop aux voyages sur Mars en passant par les hoverboards et les nouveaux avions supersoniques, voici notre guide pour tout savoir les moyens de transport que nous réserve le futur. Et bien préparer vos vacances de 2026.

Les prix du carburant, l’émission de CO² ainsi que notre besoin toujours plus essentiel de rapidité et de mobilité dans un monde d’échanges forcent nos moyens de transport à l’évolution. Combinés aux nouveaux moyens technologiques et à ceux qui seront maîtrisés et acceptés demain, l’essor de transports nouveaux est en route. Voici de quoi voir plus clair dans la foule de l’innovation.

Pour aller au bureau ou faire ses courses

Dans un environnement urbain, la vitesse de déplacement est toujours plus importante dans l’accomplissement de nos tâches quotidiennes. N’ayant pas forcément l’envie de continuer à utiliser nos vieilles trottinettes, voici ce qui est possible :

Les hoverboards à la conquête de vos pieds

hoverboard-de-Marty-dans-Retour-vers-le-futur-2
Source : The Automobilist

On ne peut pas parler des pseudo hoverboards qui inondent aujourd’hui le marché, à défaut de se démocratiser dans les rues de Paris, sans évoquer les prémisses de cette idée dans Retour vers le Futur 2.

Les industriels et inventeurs du présent en sont encore à l’expérimentation de la lévitation. Lexus avait sorti l’année dernière une première vidéo de démonstration, mais la suspension dans l’air n’était possible que sur un sol adapté. On trouve plus récemment la société ArcaBoard qui a aussi publié une vidéo d’une sorte de matelas gonflable volant qui nous convainc moyennement. Le prix de ce domino vert est fixé à 15 000 dollars : encore un peu cher pour se faire remarquer.

Mais vous savez sûrement que les versions à roues (et qui n’ont donc rien à voir avec quelque chose qui lévite) sont déjà disponibles et à tous les prix. Qu’elles se nomment skate éléctrique ou gyropode, elles consistent à un plateau soutenu par des roues qui se dirigent avec l’inclinaison de votre corps. Les plus connus — et plus anciens — sont ceux de Segway, que l’on peut trouver dans leur version mini à partir de 300 €. Ce sont pourtant les nouveaux modèles de l’industrie chinoise qui ont fait un carton commercial. Et quelques ratés. Vous les avez certainement déjà vus cette année, malheureusement surtout pour les compilations de fails qu’ils ont provoqué à la suite de leur commercialisation.

Illustration ici par une chute du boxeur Mike Tyson. On vous conseille donc d’attendre encore un peu avant d’adopter l’hoverboard pour tous vos déplacements urbains.

Toujours dans le même type d’appareils, le monowheel est une déviation assez proche des gyropodes de type Segway. Avec pour principale différence, l’utilisation d’une seule roue pour se déplacer. On trouve aussi des versions commercialisées assez facilement, avec des prix légèrement plus élevés que les Segway. Par exemple, on pourra retenir le Monowheel Rabbit, ici à plus de 400 €.

SkyTran, le transport collectif qui ringardise le métro

Pour certains utilisateurs des transports en commun, le premier défaut n’est pas toujours la vitesse mais tout simplement la présence d’inconnus autour de soi. Pour eux, la NASA travaille depuis quelques temps sur un projet qui mêle le principe des voitures autonomes avec un tramway suspendu. C’est plus facile à expliquer en vidéo.

Ce sont donc des capsules suspendues à un rail que l’on pourrait commander en entrant simplement la destination souhaitée. Il ne restera ensuite plus qu’à attendre notre véhicule futuriste, s’installer confortablement dedans, pendant que l’appareil se rendra à l’endroit demandé. Notons qu’en juin 2014, SkyTran et l’Israel Aerospace Industries (IAI) ont signé un accord pour la construction d’un prototype grandeur nature, avant une probable mise en service à Tel Aviv d’une ligne fin 2016. Bon à savoir : la construction coûtera moins de 60 millions d’euros, soit trois à quatre fois moins qu’un tramway.

Le drone hélicoptère

Présenté au CES 2016, nous avions remarqué ce drone hélicoptère, les yeux pleins de rêves. Avant d’être terriblement déçu par l’absence de sérieux du projet. En effet EHANG, l’entreprise chinoise derrière le projet n’a même pas pris la peine de faire voler le prototype au salon. Voici malgré tout la vidéo du constructeur (qui ne donne que très peu envie de monter dedans).

Les voitures autonomes partout, pour tous

Si on peut désormais dire que le défi de la voiture autonome est relevé d’un point de vue technologique, celui de sa démocratisation est la prochaine étape. Il est particulièrement intéressant de voir quels sont les projets des entreprises qui sont à la pointe sur son déploiement. La voiture autonome n’est pas qu’une évolution technique, elle s’annonce aussi comme un tournant pour l’usage de l’automobile. En effet, deux modèles économiques commencent à se dessiner.

tesla
Tesla Model X
  • La voiture autonome personnelle, dont Tesla est assurément la figure de proue. Qu’on choisisse de louer ou d’acheter le véhicule, à l’instar du marché de la voiture traditionnelle, elle est destinée à un usage personnel. Sa particularité ? Vous laissez évidemment le volant à l’intelligence artificielle.
  • Le véhicule autonome en tant que service : nouveauté des usages, permis par l’essor des services de VTC à travers le monde, la voiture dont on est propriétaire n’est plus exigée pour se déplacer. Uber, Lyft et General Motors, ainsi que Google travaillent actuellement sur l’implantation dans les villes de services de transport avec des véhicules autonomes. Signant pour de nombreux urbains la fin de l’achat d’une voiture. L’automobile va devenir un service instantané et de courte durée. Le paysage de l’industrie risque d’en être largement modifié — d’où les grands noms du secteur qui prennent les devants en investissant dans les petites startups.
0528_googlecar_1
Google Car

Pour partir vite loin de chez vous

Le monde s’est réduit considérablement au vingtième siècle. Entre l’utilisation des trains à très grande vitesse (TGV) et la démocratisation de l’aviation, nous pouvons nous rendre presque partout en moins d’une journée. C’est bien, mais on va faire encore mieux.

Hyperloop, le train à vraiment très grande vitesse

L’hyperloop, encore une audacieuse invention que l’on doit à Elon Musk. Le principe ? Vous prenez un gros tube qui permet une efficacité aérodynamique incomparable, vous propulsez un train qui ressemble à un tube légèrement plus étroit dedans et vous obtenez en théorie une vitesse de plus de 1 000 km/h. Soit plus rapide qu’un avion. La promesse était de faire Los Angeles – San Francisco en moins de 30 minutes.

24787341876_a3468fcdde_k
Un prototype d’hyperloop à la conférence SpaceX

Si Musk n’a jamais posé de brevet sur son invention, c’est parce qu’il ne compte pas concrétiser lui-même le projet. En effet, il a rendu public son principe de propulsion et a organisé chez SpaceX une conférence pour permettre à des jeunes entrepreneurs et des grands noms de la tech de se pencher sur la réalisation future d’un hyperloop. De nombreuses déclinaisons ont donc vu le jour, même si les deux principales entreprises à fond sur le sujet sont Hyperloop Technologies et Hyperloop Transportation Technologies.

En attendant qu’elles prennent terre, vous pourriez, vous aussi, travailler à son implantation. Si ça vous intéresse rendez-vous sur le site de SpaceX.

Les avions hybrides pour un ciel plus bleu

Airbus travaille sur les premiers avions hybrides, stratégie économique et écologique. Oui, il va falloir apprendre à se débarrasser du kérosène. Le carburant de l’aéronautique est à la fois cher et dangereusement polluant : la solution de l’avion électrique devient donc urgente. Et c’est l’entreprise européenne qui pose les premiers pas concrets vers une aviation plus propre. Avec des avions hybrides dont le décollage et l’atterrissage seront assurés par l’énergie électrique quand le reste du vol se fera toujours à l’aide de carburant. Un début timide pour un avion qu’Airbus prévoit pour 2050.

4305486220_ed158eee53_b

Avions supersoniques : le grand retour

Marqué dans ses dernières années par un tragique accident à Gonesse, le mythique avion supersonique souffrait de trop de défauts, et a été mis à la retraite en 2003. Pourtant, le Concorde a marqué l’histoire aéronautique de bien des manières et le projet d’avions à très grande vitesse n’est pas complètement oublié.

  • Airbus a déposé pendant l’été 2015 des brevets pour un Concorde 2, un appareil plus petit que son iconique prédécesseur, avec seulement 20 passagers. Aucune date n’a été annoncée, mais le projet existe et il pourrait être commandé à l’avenir pour des usages militaires ou commerciaux. La forme a aussi changé depuis la première itération ; redessiné pour mieux franchir les murs du son, il prend une forme de petite navette spatiale assez curieuse.

    Source : Airbus
    Source : Airbus
  • Le géant canadien Bombardier avance aussi ses pions dans la guerre de la vitesse. Charles Bombardier a annoncé un engin nommé L’Antipode. D’après l’inventeur, cet appareil serait  capable de voler à 20 000 km/h. Destiné aux grands de ce monde, ce jet pourrait embarquer une dizaine de passagers et sera plus rapide que le premier Concorde.

    Source: Forbes
    Source : Forbes

Prêt pour aller sur Mars ?

N’oubliez pas que le projet préféré d’Elon Musk demeure la colonisation de la planète Mars. Pour y parvenir, il faut commencer par créer un transport stable et capable de revenir sur Terre suite au voyage. C’est la tâche qu’il réserve à sa société SpaceX. Le nom est déjà trouvé : Mars Colonial Transporter. Le projet lui reste assez secret et Musk se fait discret sur la question. Tout ce que nous pouvons savoir est en rapport avec le lancement réussi (et l’atterrissage raté) de Falcon 9, la fusée (hypothétiquement) réutilisable de SpaceX.

Partager sur les réseaux sociaux