Concurrent américain d'Uber, Lyft, lancé en 2012 s'est d'abord fait remarquer par une communication agressive et un alignement tarifaire avec le leader du marché. Préparant l'avenir comme son concurrent, Lyft a levé plus de 2 milliards avec General Motors pour l'arrivée de la voiture autonome.

L’histoire d’une guerre avec uber

Il est difficile de parler de Lyft sans mentionner son historique concurrent. Arrivée sur le marché après Uber, l’entreprise s’est construite dans l’affrontement. Pourtant, d’un point de vue du business model, les deux sociétés sont très proches à la différence près que Lyft n’a aucune implantation internationale.

La société a donc misé sur une communication agressive et un jeu des prix pour convaincre les utilisateurs. À ce titre, les moustaches roses sur les pare-chocs ont fait figure de prémisse, avant les courses partagées de leur service Line (équivalent Uber Pool) tarifées au prix d’un ticket de bus de San-Francisco. On notera aussi que l’expérience utilisateur de Lyft se veut plus communautaire : en effet l’entreprise a intégré très tôt des options de streaming musical et forme ses chauffeurs pour engager la conversation plus facilement avec les passagers.

L’avenir est dans la voiture autonome

Au même titre qu’Uber, encore une fois, Lyft n’a pas prévu de se laisser dépasser par l’arrivée de la voiture autonome dans les courses. Et c’est à ce titre que General Motors a investi plus de 500 millions d’USD dans la plateforme afin de parvenir à l’implantation des premiers véhicules autonomes dans le service en créant une joint-venture.

La guerre ne fait donc que commencer pour ces game-changer du transport. Déjà aujourd’hui, les chauffeurs recevraient discrètement des bonus pour passer de l’une à l’autre plateforme.

Partager sur les réseaux sociaux