En 2015, l'hoverboard n'est pas celui dont vous rêviez gamin : il s'agit d'une planche à deux roues équipée d'un petit moteur. Et ceux qui voulaient profiter de la mode en sortant des produits bas de gamme commencent à se faire épingler.

Le gouvernement anglais vient d’annoncer avoir saisi 32 000 hoverboards avant qu’ils puissent être commercialisés dans le pays. Non, ce n’est pas parce que ces engins n’ont rien à voir avec des planches qui flottent que les autorités britanniques sont embêtées : c’est parce que les appareils ont été conçus un peu n’importe comment pour profiter de l’effet de mode et qu’ils risquent de faire des dégâts.

15 000 de ces planches à roulettes de nouvelle génération avaient déjà été saisies en début de mois par l’institution anglaise qui s’occupe de la régulation et du contrôle des produits commerciaux, nommée Trading Standards. Sa déclaration était déjà peu rassurante : « Plusieurs de ces objets ont été testés et nous avons trouvé des prises non conformes, sans fusible, qui augmentent le risque de surchauffe, d’explosion, ou d’incendie  ». Rien que ça.

 

Business Insider rappelle également que les planches ont été refusées dans les trois grandes compagnies aériennes américaines (American Airlines, United et Delta). Les responsables de la sécurité de ces compagnies estimaient alors que ces produits étaient dangereux pour les avions, même dans la soute, à cause de batteries dont la qualité n’était pas certifiée dans les schémas techniques que les compagnies exigent pour accepter un produit. De son côté, Amazon a retiré de ses rayons virtuels plusieurs modèles, inquiet de la sécurité de ses clients.

Alors qu’ils ont été présentés comme le renouveau du skate, les hoverboards n’ont pas vraiment le vent en poupe en ce moment et cette nouvelle mode de déplacement urbain pourrait bien rater le coche des fêtes. Pas de bol, elle vise en partie un jeune public.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés